Archive pour la catégorie ‘Mobilier Design Enfant’

postheadericon Rencontre avec Lois Moreno – La chambre de Zoé, Hugo et Simon

Pour cette nouvelle édition de Les Enfants du Design s’invitent chez vous, nous vous emmenons à la rencontre de Lois Moreno maman de Zoé, Hugo et Simon. Elle est photographe dans l’univers enfant et le lifestyle et auteure du blog I Love Queen Charlotte.
Lois nous ouvre les portes de la grande chambre qu’elle a aménagé pour ses 3 enfants. On découvre avec entrain un univers chaleureux, éclectique et vivant, à son image.

- – -

Découvrez la sélection de Lois Moreno sur le site !

1 / Raconte-nous comment tu as imaginé la chambre de Zoé, Hugo et Simon, comment tu la souhaitais et quels ont été les éléments de démarrage ?

Je voulais une chambre qui respire, pas trop surchargée de meubles et fonctionnelle pour les enfants. Des coins adaptés pour chacun d’entre eux, en tenant compte de leurs différents âges : Zoé, 8 ans, Hugo, 4 et Simon 22 mois. Gagner un maximum d’espace libre pour qu’ils puissent jouer sans se marcher dessus !

 

2 / Quelles étaient les contraintes ? Comment les as-tu contournées ou résolues ?

Comment créer un espace commun adapté aux trois, malgré leurs âges si différents. La chambre est très grande, mais il fallait quand même bien distribuer les espaces, pour que la partie nuit n’occupe pas trop de place et qu’elle ne soit pas mélangée à celle des jeux. C’était le plus gros défi ! Donc, nous avons choisi l’option du lit superposé pour Hugo et Zoé. Cela nous a fait gagner énormément de place et nous a permis de donner à Zoé, une certaine intimité.

 

3 / Si tu devais résumer en quelques mots le style de cette chambre ?

Je suis très mauvaise pour mettre des étiquettes. À vrai dire, je ne suis pas les tendances, je suis plutôt pratique, bien que j’apprécie beaucoup un beau design. D’où le choix des lits Oliver Furniture. Je dirais un style mixte et pratique.

 

 

4 / Quelle est ta pièce de mobilier ou déco préférée dans la chambre ?

Le lit superposé Wood d’Oliver Furniture et le semainier vintage ! Je trouve les meubles Oliver Furniture vraiment magnifiques et très fonctionnels. Ils se transforment en fonction des besoins et la hauteur entre les deux lits est parfaite ! Le semainier, c’est ma petite trouvaille chinée sur Leboncoin et j’en suis fière :)

 

5 / Zoé, Hugo et Simon avaient-ils des demandes ? Leur as-tu fait des concessions ?

Non pas spécialement… Ils me font confiance généralement ! Et puis, je suis du genre à prendre un peu d’avance sur ce qu’ils vont vouloir, donc tout leur convient à merveille !

 

6 / Une anecdote sur leurs habitudes dans leur chambre ?

Le coin cuisine est devenu celui de Simon, il adore faire la popote. Le tapis est un lieu de réunion pour jouer aux voitures, faire des constructions, les faire tomber… Et le tableau est le terrain de jeux de Zoé. Elle met ses lunettes, une chaise et des cahiers et elle peut jouer des heures à la maîtresse, avec ou sans ses frères !

7 / Quelques mots sur ton actualité ? Tes projets ?

Je jongle entre mon rôle de maman, celui de photographe et de blogueuse. Beaucoup de beaux shootings dans les mois à venir et un nouveau projet, celui du collectif Stüduo, que nous avons créé, avec mes acolytes, Margaux, Mathilde et Adeline. Et sur le côté perso, j’espère un gros changement de vie en 2017. Quitter la ville, pour partir à la campagne… Affaire à suivre !

Merci Lois !

 

postheadericon Rencontre avec Sophie, fondatrice des Enfants du Design

 

sophie-edeine-les-enfants-du-designPour ce 5ème épisode de Les Enfants du Design s’invitent chez vous, Sophie, fondatrice des Enfants du Design, vous rend l’invitation et vous ouvre la porte de la chambre d’April.

Un style design et doux pour cette chambre nichée dans une alcôve et fermée par une verrière industrielle. Dans cet espace, Sophie fait la part belle au design scandinave

- – -

-

Découvrez la sélection de Sophie sur le site !

 

1 / Sophie, à quel moment as-tu conçu la chambre d’April ? chambre-april-les-enfants-du-design

 

Assez tôt, j’étais enceinte de quelques mois. Nous n’avions que 2 chambres pour 4 et l’arrivée d’April nécessitait la création d’une troisième chambre. La pose d’une verrière a résolu notre questionnement et a permis de blottir la chambre d’April dans l’alcôve du salon.

 

2 / Quelles étaient tes envies ? Comment ce projet a-t-il démarré ?

 

D’habitude on manque un peu de temps pour investir réellement la chambre et les pièces de nos enfants qui se construisent plutôt dans le temps. J’avais envie de me prêter à l’exercice d’aménager la chambre d’April jusque dans ses détails.

 

L’expérience a été plutôt intéressante. On va rarement à ce point au bout des choses dans la vie quotidienne. Enceinte d’April, je continuais à travailler sur la sélection de produits du site. Je suis donc tout le temps immergée dans « l’offre ». Je craignais qu’il soit difficile de faire un choix parmi tant de belles choses et finalement l’ambiance de la chambre d’April s’est très vite dessinée.

 

3 / Quel style s’est imposé à toi ?

 

J’avais envie de douceur.

Assez rapidement mon choix s’est orienté vers le rose poudré, le bois clair et les formes rondes. D’ailleurs c’est assez contradictoire avec ce que je souhaitais pour ma fille ainée Lou, pour qui j’avais banni la couleur rose, la jugeant trop layette.

 

chambre-april-les-enfants-du-design-2b

 

4 / Quel a été l’élément inspirant et déclencheur ?

 

Je voulais le portant Snake de Design Fuer Heim que j’imaginais parfaitement en ciel de lit minimaliste au-dessus du lit Leander.

 

chambre-april-les-enfants-du-design-1

 

5 / Quel est le premier article que tu as acheté pour elle ?

 

Le fameux Snake justement :) .

Et puis je rêvais depuis plusieurs années d’une armoire A’dammer de Pastoe.

Ce meuble se prête particulièrement à une chambre d’enfant, par sa forme et ses nombreuses déclinaisons de couleurs.

chambre-april-les-enfants-du-design-3Je me suis décidée car la chambre d’April était très petite. Ses proportions m’ont semblées parfaites. Elle répond au style industriel de la verrière et le contrecarre en même temps par sa couleur rose poudré.

 

J’aime l’idée d’avoir offert à April une pièce qui la suivra probablement toute sa vie.

 

6 / Quelles difficultés as-tu rencontré ?

 

La verrière sur l’un des murs principaux de la chambre représentait une sérieuse contrainte que je n’avais pas anticipée. Elle a notamment limité les possibilités d’aménagement dans la mesure où nous ne pouvions mettre aucun cadre ou rangement mural à cet endroit et seul un angle de la pièce restait exploitable.

La chambre d’April est à la fois petite et très haute de plafond. Il fallait utiliser la hauteur sans encombrer l’espace au sol. La suspension Grand Trianon d’Artecnica et la A’Dammer se prêtaient tout à fait à cela.

 

7 / Quelles perspectives t’ont ouvert ces contraintes ?

 

Le fait que la chambre d’April soit très ouverte sur le salon m’a donné envie de créer une continuité de style avec notre intérieur.

 

L’ambiance douce que je voulais donner à sa chambre avec le rose poudré notamment m’ont amenée à rechercher le contraste. Dans la couleur par exemple, avec quelques touches de violet-indigo et de menthe. L’affiche de Claudine O’Sullivan, que je destinais davantage à notre salon, fonctionne très bien à mon sens avec des pièces bien plus douces comme le cerf rêveur de Boramiri.

 

chambre-april-les-enfants-du-design-6

 

8 / A quoi as-tu renoncé ?

 

Pas grand-chose dans la mesure où j’ai muri la chambre d’April pendant plusieurs mois. Peut-être une composition String difficile à placer à cause de la verrière.

 

chambre-april-les-enfants-du-design-5

 

9 / Une découverte ?

 

Cam Cam une jeune marque Danoise, je suis tombée amoureuse de leur quilt que j’utilise en tapis d’éveil ou en plaid.

C’est un très bel objet, une pièce forte qui ne passe pas inaperçue et c’est plutôt atypique pour un article de puériculture.

 

Merci Sophie !

 

 

postheadericon Carte Blanche à bonnesoeurs – Le lit maison

Lélia & Thélissa de bonnesoeurs sont nos toutes premières invitées de la rubrique Carte Blanche.  A cette occasion, elles mettent en scène leur mythique « lit maison » dans un stylisme totalement libre. Lélia & Thélissa sont allées dénicher pour vous de nouvelles marques et créateurs à découvrir en exclu chez Les Enfants du Design !

Rencontre avec Lélia & Thélissa…

 

1 / Qui est bonnesoeurs ?

Nous sommes Lélia & Thélissa, deux sœurs originaires de Bretagne. Les hasards de la vie nous ont éloignées géographiquement l’une de l’autre. Malgré la distance qui nous séparait, nous souhaitions plus que tout travailler ensemble. De cette envie est née bonnesoeurs notre agence de décoration.

Après de nombreuses années à travailler sur Skype, le destin nous a enfin rapprochées et bonnesoeurs réunie maintenant nos diverses aspirations : la décoration, le design et la photographie.

bonnesoeurs-les-enfants-du-design-04B

2 / Comment résumer bonnesoeurs en 3 mots ? Quelles sont les valeurs communiquées par la marque ?

Si nous devions décrire notre univers en trois mots, cela serait Lumière, Fonctionnalité et Esthétisme. Nous aimons que les choses paraissent simples et évidentes tout en étant personnalisées.

Le design bonnesoeurs est 100% Made in France et respecte une démarche s’inscrivant dans le développement durable.

 

3 / L’histoire du lit maison ?

Le tout premier « lit maison » a été créé et fabriqué par Thélissa pour son fils aîné. L’idée de départ était de lui créer un cocon enveloppant et rassurant, la forme de maison s’est imposée comme une évidence.

Après la publication de sa photo sur Internet, les gens nous ont contactées pour savoir où le trouver. Trois ans ont passé et nous recevions toujours autant de mails. Nous avons alors décidé d’éditer une première série de lits pour notre shop en ligne. L’accueil fut très chaleureux et les réseaux sociaux ont relayé… Nous avons été contactées par des boutiques de design en France et à l’étranger.

bonnesoeurs-les-enfants-du-design-05B

 

4 / Comment s’organisent vos projets déco ?

Pour chaque projet, nous racontons une histoire, ce fil conducteur permet de donner du sens à la décoration. Généralement, cela commence par un produit « coup de cœur » qui répond au besoin principal de la pièce et qui valorise l’espace dans lequel il sera mis en scène. Puis, nous complétons la sélection en choisissant matériaux, coloris et motifs pour illustrer cette histoire.

Pinterest est devenu un outil indispensable pour organiser notre travail. Nous créons des tableaux que nous partageons et enrichissons au fur et à mesure de nos discussions. Il se dégage très vite une ambiance que nous affinons lors de l’élaboration du carnet de tendance que nous proposons à nos clients.

 

5 / Pourquoi cette sélection ?

Il nous fallait habiller notre «lit maison », nous avons donc commencé par chercher le linge de lit. La housse de couette revisitant la toile de Jouy avec un imprimé sous-marin fût le point de départ de notre thème « Matelot ». Pour l’agrémenter, nous avons sélectionné des produits illustrant la mer et les bateaux. Un mini container métallique fait office de chevet, le bureau évolutif nous a fait penser à un ponton sur pilotis et nous avons suspendu un mobile graphique en guise de girouette. Les motifs géométriques sur la lampe de bureau et les coussins suggèrent la signalétique marine…

Puis, telles des exploratrices, nous sommes parties aux quatre coins du globe pour dénicher quelques trésors. D’Australie, nous avons rapporté un drapeau nautique ; Des Pays-Bas, les coussins noeuds et une affiche qui semble avoir été éclaboussée par les vagues.

 

Retrouvez toute la sélection bonnesoeurs pour Les Enfants du Design !

 

6 / Pari réussi ? Ce qui vous plaît dans cette ambiance ? Quel nouveau regard elle apporte sur le lit maison.

Nous aimons l’atmosphère paisible qui se dégage de cette chambre, on imagine le drapeau flotter sous la brise marine. Le mélange des motifs peut sembler inattendu mais l’ensemble s’harmonise autour d’une même gamme colorée.

Lorsque nous avons imaginé le « lit maison », nous avons privilégié des lignes pures et des matériaux nobles pour qu’il s’intègre à tous les styles et pour qu’il puisse être personnalisé à l’infini. Nous espérons que cette nouvelle interprétation donnera à chacun l’envie de laisser libre court à son imagination…

 

bonnesoeurs-les-enfants-du-design

Merci Lélia & Thélissa !

Retrouvez tout l’univers bonnesoeurs sur http://www.bonnesoeurs.com/

postheadericon Rencontre de Sonia Lucano – La Chambre de Mona par The Socialite Family

Sonia LucanoCe troisième rendez-vous de Les Enfants du Design s’invitent chez vous, nous emmène à la rencontre de la styliste et créatrice Sonia Lucano. Sous l’objectif de Constance Gennari du blog The Socialite Family, Sonia nous ouvre son intérieur chaleureux et familial pour nous présenter la chambre de sa fille Mona, 6 ans. Une chambre d’enfant stylée et minimaliste qui joue sur les contrastes et met en scène un joyeux mix and match d’objets anciens et contemporains.

Découvrez la sélection déco de Sonia Lucano sur le site Les Enfants du Design !

Un reportage de Constance Gennari du blog The Socialite Family.

Sonia Lucano © The Socialite Family pour Les Enfants du Design

Un grand merci à vous Sonia, de nous ouvrir les portes de votre intérieur. La grande particularité de la chambre de Mona, c’est d’abord son aménagement en deux niveaux grâce à cette « estrade ». Est-ce qu’elle est issue d’une contrainte technique, architecturale ou est-ce un parti pris ?

Non non, aucune contrainte technique puisque c’est un étage que nous avons ajouté à la maison. Du coup, on était très libre de faire tout ce qu’on voulait… Les grands ont leurs lits en hauteur et Mona a une estrade. Le but du jeu était de maximiser l’espace car les chambres ne sont pas très grandes. Pour cela, on a pris le parti de ne pas, ou peu, mettre de meubles. On a créé un vestiaire séparé où chacun a son coin. Donc l’estrade cache d’énormes tiroirs où sont rangés tous les jouets de Mona.

Sonia Lucano © The Socialite Family pour Les Enfants du DesignLa deuxième caractéristique très frappante dans la chambre de Mona, c’est le traitement de la couleur. Une question qui intéresse beaucoup les Enfants du Design d’ailleurs. Vous avez fait le choix d’une palette de couleurs très sombres pour tout ce qui concerne le mobilier : taupe, gris souris, kaki qui contraste avec la clarté de l’architecture : murs blancs et sol gris clair. Pour avoir aperçu les autres pièces de votre intérieur, il semblerait que se soit un fil conducteur de votre univers déco. Est-ce que je me trompe ?

C’est vrai que j’affectionne particulièrement les couleurs sombres, les kaki, tous les gris, les taupes… c’est vraiment le fil conducteur de la maison. Je trouve qu’elles mettent vraiment en valeur les espaces, créent chez moi un réel sentiment de « bien être à la maison » et d’ancrage.

J’aime le noir, j’aime la manière dont les objets et meubles se répondent dans une atmosphère sombre.

Un petit truc de pro pour ne pas se rater dans l’association des couleurs ?

Pas évident d’en faire une généralité… si ce n’est de ne pas contrarier l’architecture ! C’est-à-dire que si vous avez une pièce petite et au nord, ce n’est pas la peine d’essayer de l’agrandir avec du blanc. Au contraire, utilisez plutôt les couleurs sombres qui floutent les limites. On perd ainsi la notion de l’espace.

C’est une partie de mon métier que j’adore, travailler la couleur (ou la non couleur) chez les gens qui m’appellent pour la déco de leur maison !

Sonia Lucano © The Socialite Family pour Les Enfants du DesignComment Mona a-t-elle accueilli ce choix de couleurs qui, j’imagine, ne fait pas partie des couleurs de prédilection des petites filles de son âge ? Ou peut-être Mona fait-elle exception !

Et non, pas d’exception pour Mona … mais je ne suis pas tyrannique elle a bien des Barbies roses et un cartable rose ! On a fait sa chambre quand elle avait un an, elle n’a pas vraiment pu s’exprimer sur le sujet… On s’est fait plaisir ! Et aujourd’hui à 6 ans, elle a l’air d’y être bien, et de toute façon, la déco évolue en même temps qu’elle grandit.

Est-ce que Mona participe aujourd’hui à la décoration et à l’aménagement de sa chambre ? Y avait-il des compromis à trouver ?

Oui, il y a toujours des compromis à trouver, surtout quand elle rentre de chez ses copines … mais globalement elle est assez sympa pour être d’accord avec moi dans ce domaine, elle a bien compris que c’était un sujet bouillant à la maison !

Mais sa chambre est bien sûr en constante évolution, et elle y apporte ses envies et ses rêves de petite fille… là elle découpe les filles des magazines pour les coller au-dessus de son bureau. Avec des belles robes, évidemment …

 

Quelle est votre pièce de mobilier ou déco préférée dans la chambre de Mona ? Pourquoi ?

J’adore son étagère String noire avec ses petits trésors dessus.

Une anecdote sur les habitudes de Mona dans sa chambre ?

Elle prend toujours 1 ou 2 fleurs des bouquets en bas pour les mettre dans un verre dans sa chambre …  j’aime bien :)

Si vous deviez résumer en quelques mots le style de cette chambre ?

C’est juste l’accumulation de tout ce qu’on aime, Mona et nous. Du coup, le résultat reste cohérent, tout en évoluant au fur à mesure qu’elle grandit.

Sonia Lucano © The Socialite Family pour Les Enfants du Design

On note bien sûr votre goût pour les objets chinés qui ont une histoire mais ils sont toujours revisités : peints ou customisés. Il me semble que c’est une caractéristique que l’on retrouve autant dans votre travail de styliste que de créatrice, cet intérêt pour les vieux objets : donner une seconde vie aux matières, aux savoir-faire « désuets » comme le point de croix, sublimer de vieux légumes J, etc… Est-ce que je m’égare ou pas ? Dites-moi..

Désuet … c’est drôle, c’est un mot que j’aime beaucoup !

J’aime l’héritage du passé, les objets simples, les beaux matériaux c’est vrai .. mais j’aime les mettre au goût du jour, ou en tous cas, à mon goût. J’aime choquer les styles, les mix & match…

récupérer un meuble ancien ou classique, et le peindre en noir par exemple .

Sonia Lucano © The Socialite Family pour Les Enfants du DesignAprès c’est vrai, je n’avais jamais fait le rapprochement avec le livre des légumes oubliés que j’ai fait avec Keda Black, ou le livre sur le blackwork, qui est une technique de broderie ancienne en noir est blanc qui est finalement ultra moderne ! J’aime bien tous ces savoir-faire d’avant. J’aime apprendre toutes ces techniques et les utiliser dans un intérieur résolument moderne

Peut-être que mes clients ont aussi perçu cela chez moi. On me demande pas mal de retravailler des techniques anciennes, de mettre en valeur les vieux légumes, la cuisine de terroir, de revisiter les années 50… mais c’est aussi tellement dans l’air du temps !

Vous êtes à la fois styliste et créatrice, deux activités qui ont l’air d’être très complémentaires. Racontez-nous en quoi consiste le travail de styliste, c’est pour moi quelque chose de très abstrait. Qui sont vos clients ? Quelles sont leurs attentes et en quoi consiste votre mission ?

Oui, deux métiers qui se répondent… Il est vrai que quand je crée un objet, je pense toujours à la mise en image !

Il y a vraiment trois parties distinctes et tellement complémentaires dans mon (mes) activité(s). Je suis créatrice d’objets: pour des sujets presse ou des livres en éditions, dans des domaines aussi divers que la customisation dans la déco, la création d’accessoires de mode, de sacs, des do it yourself …

Je fais également du stylisme photo, c’est-à-dire que je mets en scène, j’harmonise et je choisis le shopping de l’ambiance qui sera ensuite shootée par le photographe : j’aime tout autant travailler sur de la déco ou du stylisme culinaire.

Enfin, mes clients sont aussi des particuliers pour qui je travaille sur la déco de leur intérieur, mettre en couleur, repenser l’aménagement, travailler avec eux sur un style qu’ils ont envie de trouver, des astuces pour agrandir l’espace, feutrer l’ambiance, ou au contraire rechercher une luminosité…

Et ce que j’aime par-dessus tout, c’est alterner ces trois activités. Travailler avec des clients pro pour la presse et l’édition, puis avec des personnes qui font appel à moi, chercher comment créer une déco en adéquation avec la famille qui vit dans ce lieu.

 Sonia Lucano © The Socialite Family pour Les Enfants du Design

Je crois que vous avez plusieurs publications à venir. Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Plusieurs livres sont en cours, un gros mook sur la déco et deux autres sur les accessoires de mode. Tous à paraître au printemps !

On aimerait bien que vous nous donniez un petit DIY à partager…

Un petit sweat gris chiné à customiser pour nos kids, rendez-vous ici: DIY clOud.

- – -

Pour suivre l’actualité de Sonia Lucano, rendez-vous sur son site:

www.sonialucano.wix.com/styliste

Et sur son blog: vuedavion.blogspot.fr

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon Rencontre avec Nathalie Rives – La chambre de Marine

Nathalie Rives © Sabine SerradCe mois-ci, Les Enfants du Design s’invitent chez Nathalie Rives qui nous fait découvrir son univers déco à travers la chambre de sa fille Marine.

Nathalie est styliste d’intérieur, passionnée par son métier, elle fourmille d’idées et de projets qu’elle nous livre dans cette interview avec humour et générosité.

Découvrez la sélection de Nathalie sur le site !

- – -

Pour en savoir plus sur Nathalie Rives, rendez-vous sur: www.nathalierives.com

Reportage photo par Sabine Serrad

Nathalie Rives © Sabine SerradBonjour Nathalie, merci de nous avoir invités à découvrir la jolie chambre de Marine ! Racontez-nous comment elle s’est « construite ». C’est un travail à 2 on dirait…

Tout à fait, la relève est assurée. Marine  grandit avec une maman styliste d’intérieur, j’ai longtemps travaillé de chez moi et cela se ressent. Je l’ai influencée inconsciemment mais elle a un œil particulièrement avisé pour son âge et des idées bien arrêtées (cela doit être génétique, les idées arrêtées bien sûr!)Nathalie Rives © Sabine Serrad

Le lit : je  l’ai trouvé sur le trottoir à New York (Nous y avons vécu 6 ans),  un petit coup de peinture et HOP! La voilà dans un superbe « lit from New York !!!! ».

Mademoiselle  adore sa forêt magique et s’endort protégée par ses arbres (j’en profite encore avant que les posters de chanteuses n’envahissent les murs.) A ce sujet une petite astuce, pour l’instant je les accroche à l’intérieur de son placard !!! (On résiste comme on peut !)

Comment définiriez-vous en quelques mots le style de cette chambre ?

Vintage, actuelle et poétique à la fois.

Vintage  avec les pièces chinées : je les choisis et « Mademoiselle » les valide.

Actuelle : elle a eu un coup de cœur pour les coussins Numéro 74 qui sont un juste mélange de rock et poésie (pour la petite histoire j’ai découvert que c’est Poupi une copine de lycée qui a créé cette jolie marque).

Les Tapis Muskhane tout doux pour ses petits petons et furieusement tendance !

Le bureau devait impérativement  avoir la couleur de ses arbres en plus de répondre aux diktats de Marine. Le bureau Sirch allie élégance et simplicité.

Poétique : sur le thème de la forêt fantastique, ce sont les déco de vitrine de Noël d’une grande enseigne de design je les ai harcelés, je les voulais alors qu’elles n’étaient pas à vendre. (Mon côté têtue et ce pour le plus grand plaisir de ma fille !)

Nathalie Rives © Sabine Serrad

Est-ce que la chambre de Marine reflète votre style en matière de décoration ? Est-ce que vous mixez de la même manière ancien et contemporain dans vos réalisations ?

C’est une chambre de petite fille, mon style est encore plus marqué dans un intérieur d’adulte,  et en effet je ne veux pas d’une seule époque, d’un seul style, matériau ou couleur. L’élégance est souvent dans les contrastes et les mélanges.

 

Nathalie Rives © Sabine SerradVous  vous définissez comme « styliste d’intérieur », c’est un terme qui peut paraître très large. En quoi cela consiste-t-il exactement ?

C’est un terme générique donc large. Le stylisme d’intérieur s’adapte à des scénographies évènementielles, de l’édition de meuble, l’architecture d’intérieur,… toutes ces différentes facettes que propose mon agence Nathalie Rives. Les cases sont par définition réductrices. L’appellation styliste d’intérieur ouvre tous les horizons.

Quelle est votre pièce de mobilier ou déco préférée dans la chambre de Marine ?

J’adore ces coussins qui vous invitent aux rêves et ceux d’une petite fille sont toujours saupoudrés de magie non ? Le coussin, c’est le confort,  cocooning, c’est un élément très présent dans mes maisons. C’est très important que l’on se sente bien chez moi.

Il y a aussi je l’avoue son « lit from New York » j’adore l’idée de mettre tout ensemble, des pièces de designer à côté d’objets récupérées. La déco ne doit  pas connaître le snobisme !

Nathalie Rives © Sabine Serrad

Une anecdote sur les habitudes de Marine dans sa chambre ?

Marine adore se servir de ses arbres pour accrocher ses décorations de saison avec la musique à fond porte fermée évidemment (comme toute préado qui se respecte !). Les guirlandes apparaissent à Noël, des flocons découpés dans du papier en février, des fleurs au printemps (généralement mes broches en tissus!!!)

Nathalie Rives © Sabine Serrad

J’ai cru comprendre que vous aviez une actualité chargée pour la rentrée 2014. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Effectivement chargée est un euphémisme mon agence Nathalie Rives a un projet avec Ressource, le marchand de couleurs, pour septembre.

Je me lance dans l’édition en créant une table d’appoint en céramique réalisée par la poterie de la Madeleine à Anduze. Elle sera présentée au Design Tour en Octobre à Lyon.

L’agence Nathalie Rives ouvrira également une  galerie à Lyon en septembre.

Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que mes vacances ne s’annoncent pas aussi sereines que prévu!!!

Sérieusement, j’ai la chance d’avoir un travail qui est une passion,  je ne travaille donc jamais :-) ou tout le temps (question de point de vue !)

Nathalie Rives © Sabine Serrad

Découvrez la sélection de Nathalie sur le site !

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon La chambre de Brune par Constance – The Socialite Family

 

La chambre de Brune par Constance - The Socialite FamilyA travers son blog The Socialite Family, Constance Gennari nous invite à partager l’univers déco de familles contemporaines. Comme nous, elle aime la déco, le design et les gens qui vivent avec. Il y a quelques semaines, nous avons eu le plaisir d’accompagner Constance dans le relooking de la chambre de sa fille Brune. Coup de cœur pour cette jolie chambre d’enfant déjà mise à l’honneur dans le dernier magazine Elle !

 

Bibliothèque Salamandre Nonah Bureau Geo We Do Wood

 

 LA SELECTION DE CONSTANCE

 

- Constance, comment définirais-tu tes goûts en matière de déco ? J’ai cru apercevoir dans ton salon un mix de vintage et de contemporain que l’on retrouve d’ailleurs dans la chambre de ta fille.

Je vis dans un appartement très moderne que j’adore  mais c’est vrai que naturellement je vais avoir tendance à préférer le vintage. J’aime l’histoire des meubles, j’aime me dire que les meubles ont eu une vie, une histoire avant. Pour les bijoux et les vêtements j’ai la même passion. En revanche je suis bluffée par les meubles écologiques et très design que l’on trouve en ce moment et plus particulièrement par leurs lignes. Du coup oui des marques comme Rafa Kids, Kalon et Perludi sont démentes !

 

- Parmi les pièces que tu as sélectionnées pour la chambre de ta fille, quelle est celle que tu préfères ?

Je suis archi fan de la couette en lin de chez Linge Particulier, des coussins pomme Blabla et de la maison Luckyboysunday. Mais mon crush va pour le bureau We Do Wood sans comparaison. Il a une ligne 50 sublime et je rêve presque de l’avoir pour moi !!

 

- Une anecdote sur Brune dans sa nouvelle chambre ?

Depuis qu’elle a une nouvelle chambre, c’est son grand frère qui y passe plus de temps ! Il squatte un peu son terrain de jeu en ce moment :-)

 

Papier peint: Pierre Frey

 

> Découvrir la sélection de Constance sur Les Enfants du Design !

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon Interview de Constance Gennari créatrice du blog The Socialite Family

Constance Gennari - The Socialite FamilyIl y a quelques semaines, nous avons eu le plaisir d’accompagner Constance du blog The Socialite Family dans le relooking de la chambre de sa fille Brune.

Les Enfants du Design se sont invités chez Constance le temps d’un café, histoire de vous rapporter quelques clichés et d’en apprendre un peu plus sur la photographe des « socialite families » !

Rencontre avec Constance Gennari…

- Constance, raconte-nous comment est né The Socialite Family

Elevée dans une famille très attachée à l’art et aux mobiliers, j’étais à bonne école. J’ai grandi entre Paris et Milan, deux villes qui sont les capitales du bon goût et de l’élégance dans la mode et le design. Une mère collectionneuse passant tout son temps entre l’hôtel des ventes de Drouot et les puces de Vanves.  The Socialite Family est né naturellement dans une période de transition dans ma vie. J’ai eu la forte envie d’aller à la rencontre d’une nouvelle génération de gens, ceux qui ont une éducation, qui aiment le design mais qui composent à leur manière leurs intérieurs.


- Qu’est-ce qui t’a poussée à monter ton propre projet ?

Une envie de liberté ! Celle de créer un blog sans pression et  montrer ce que l’on est capable de faire. On crée sa propre vitrine. Pour moi c’était donner à voir les intérieurs de gens qui me plaisent et qui me fascinent. Ce sont mes amies qui d’ailleurs ont été les premières cibles.

 

- Est-ce que tu étais photographe de formation ou est-ce que tu pratiquais plutôt la photo à titre perso ?

Au départ je faisais travailler des photographes puis l’envie de prendre l’appareil photo me démangeait, je me suis lancée et je suis accro désormais. Je shoote toutes les familles de mon site depuis plus d’un an.

 

- Quelle est ta ‘pratique’ de la photographie.  Es-tu une accro de la technique, tu as plein de matos que tu emmènes partout avec toi ? Quel appareil t’accompagne dans tes shootings ?

Je ne suis pas celle qui trimballe sans arrêt son appareil photo, c’est souvent lourd et fragile. Du coup pour capturer des moments j’utilise un petit Leica et mon téléphone quand vraiment je n’ai rien.

Laure Vial de Chatenet et Bertrand - Copyright The Socialite Family

- Je crois que le reportage déco « vivant » dans lequel apparaissent les propriétaires des lieux est un concept assez anglo-saxon. Tu as l’air d’être plutôt pionnière en France non ? Comment t’es venue cette idée, qu’apporte la présence de ces sujets à tes yeux ?

Avoir les habitants des lieux fait toute différence car on a envie de faire le lien entre ce que l’on voit et ceux qui vivent dans ce décor. Toute petite ma mère se procurait les magazines de déco anglais et les décors sublimes qui étaient présentés attisaient ma curiosité. J’avais envie de voir les visages et la personnalité des hôtes.

 

- Raconte-nous ton premier shooting, tes tâtonnements… La naissance du concept dans la pratique. Est-ce qu’il a été clair pour toi dès le début ou est-ce qu’il s’est construit avec tes protagonistes ?

La 1ère prise de vue était chez des amis qui m’ont fait confiance et laisser faire. Bien sûr c’est au fil des shootings que j’ai peaufiné le style et l’angle du site. Mais c’était très clair pour moi.

 

- The Socialite Family a tout de suite rencontré un grand succès. Depuis nous t’avons vu intervenir dans l’émission Intérieurs et même présenter ta propre émission Les Tribus de Constance sur Maison +. Que souhaiter de plus ! As-tu d’autres projets en tête pour cette année ?

Je suis ravie de ce retour et de l’enthousiasme de la presse sur The Socialite family c’est très gratifiant, ça donne vraiment envie de continuer et d’avancer. Je vais continuer à montrer de nouveaux décors étonnants et bien sûr poursuivre des émissions de déco avec de nouveaux projets. L’expérience m’a beaucoup plu !

 

LA CHAMBRE DE BRUNE PAR CONSTANCE

 

La chambre de Brune par Constance

 

> Découvrir la sélection de Constance sur Les Enfants du Design !

 Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

 

postheadericon Interview d’Agata, co-fondatrice de la marque de mobilier enfant design Rafa Kids

Agata et Arek - Rafa Kids

Créatrice avec son mari Arek de la ligne de mobilier design pour enfant Rafa Kids, Agata a accepté de nous accorder un peu de son temps précieux pour nous raconter leur aventure.

En un an seulement, Rafa Kids a su proposer une collection de mobilier enfant design vraiment atypique, beau et pratique. Nous étions curieux de connaître leur histoire.

Découvrez comment deux architectes sont devenus designers…

- – -

- Bonjour Agata, nous sommes très heureux de vous rencontrer et d’en apprendre un peu plus sur l’aventure  Rafa-Kids !  Dites-nous d’abord comment est né Rafa Kids ?

Arek et moi nous sommes rencontrés et sommes tombés amoureux pendant nos études d’architecture. Arek est aussi photographe et j’ai fait une école d’art. Le design pour enfant est arrive dans notre vie en même temps que nos 2 fils Frank et Robert qui ont aujourd’hui 7 et 3 ans. Nos deux garçons partagent la même chambre et nous avions besoin de lits pour eux. Nous souhaitions à la fois économiser de l’espace et leur offrir un mobilier ludique. Il était très difficile de trouver quelque chose qui répondent à nos besoins, à nos goûts et qui corresponde surtout à notre budget. Nous avons donc décidé de le faire nous-mêmes. Lorsque nous avons imaginé et réalisé notre premier lit, ce fut un immense succès, beaucoup de parents et d’enfants nous ont demandé de leur faire le même. C’est ainsi que Rafa Kids est né.

Au printemps 2012, nous avons lancé notre marque de « famille » avec un ensemble de 2 lits F&R. Le nom « Rafa » sont les premières lettres des prénoms de chaque membre de la famille.

R & F Beds - Rafa Kids

- Racontez-nous les différentes étapes qui vous ont mené de votre premier dessin à votre première pièce de mobilier monté…

Le travail d’un architecte commence à la réception d’un cahier des charges du client, c’est le point de départ de tout projet. Ce fut la même chose pour nous. Nous savions que nous ne pourrions pas produire le même lit que celui de nos enfants. Ce dernier était fixé à l’angle d’un mur, nous avions besoin d’un produit fini dans le même esprit, qui puisse convenir à n’importe quelle chambre. Nous avons dessiné, fabriqué des modèles, nous avons beaucoup discuté. Arek a géré la partie technique, imaginant comment les deux lits pourraient s’emboîter. Il les a conçus de manière à ce qu’ils soient faciles à emballer mais aussi à monter. Ensuite nous avons recherché un fabricant et bien sûr un matériau de qualité. Un prototype a été fabriqué et après quelques corrections, ils étaient prêts !

Comme nous étions très attentifs aux détails, il a été très difficile de trouvé une usine qui soit sensible au haut niveau de qualité que nous recherchions. Lorsque nous l’avons trouvé, de nombreux aller-retour ont été nécessaires au contrôle de la production et à l’établissement d’une vraie collaboration.

Notre dernier né, le A Teen bed a rejoint notre collection cette année et sa création a été beaucoup plus rapide puisque le gros du travail est fait.

A Teen bed - Rafa Kids

- Est-ce que vous avez encore le temps d’exercer votre métier d’architecte ?

Arek travaille encore à temps partiel comme architecte, il conçoit des ponts et des gratte-ciels en Asie où il y a beaucoup de demande actuellement. J’ai personnellement arrêté l’architecture pour me consacrer entièrement à Rafa-Kids. Je n’ai plus assez de temps pour pratiquer mais ma façon de voir le monde restera toujours celle d’une architecte. Je me sens plus à l’aise dans un univers à petite échelle, j’aime le design d’intérieur et l’art de vivre. Rafa-Kids est une petite entreprise familiale, avec son propre site marchand et ses clients. Je suis très occupée par tout cela ! Nous réalisons également nos propres shooting photo. Je pense que tout cela est très nouveau à l’heure d’Internet, les designers ne produisent plus seulement un objet, ils sont aussi investis dans le marketing et dans l’approche du consommateur. C’est un gros challenge pour Rafa-Kids et nous prenons vraiment plaisir à faire ce métier.

R bed - Rafa Kids

- Quels sont vos projets à venir ? Un berceau, un lit bébé, un bureau… ?

Nous ne projetons ni berceau, ni lit bébé dans un proche avenir. Dans la famille, nous avons passé la période des tous petits ! Nous avons un lit junior, un lit mezzanine et un lit enfant classique. Finalement il y a 3 pièces de mobilier majeures dans une chambre d’enfant : un lit, un bureau et un meuble de rangement avec penderie. Nous aimerions beaucoup travailler sur ce dernier. Le meuble de rangement présente une problématique vraiment intéressante pour la chambre de l’enfant et d’adolescent. Rafa-Kids va peut-être aussi créer une petite série d’accessoires en même temps. Nos clients nous demandent aussi un nouveau lit car les 3 premiers rencontrent beaucoup d’enthousiasme. J’imagine que nous devrions continue à faire ce que nous savons bien faire (rires)

> Découvrez la collection de mobilier enfant Rafa Kids

 Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

 

postheadericon Rencontre avec Carole Daprey, auteur du livre « Mobilier Design pour enfants »

Mobilier Design pour les Enfants - Carole Daprey

Les Enfants du Design sont allés à la rencontre de Carole Daprey, auteur du fabuleux livre Mobilier design pour enfants, histoire de vous faire partager un peu sa passion pour ce sujet qui nous intéresse tous un peu : le design enfant !

Dans cette interview, Carole Daprey nous raconte comment est né son intérêt pour le mobilier enfant et comment a germé l’idée de son livre sur ce beau sujet.

- –

RENCONTRE AVEC CAROLE DAPREY

Après douze ans passés comme éditrice aux Éditions de La Martinière, Carole Daprey crée sa propre maison d’édition Piqpoq en 2009 et publie son premier ouvrage en tant qu’auteur : Mobilier design pour enfants. Elle a plein de projets à venir mais chuttt… c’est secret !

- – -

- – -

LEDD – Bonjour Carole et merci de nous accorder cette interview express ! Vous me disiez que votre intérêt pour le mobilier enfant était né bien avant que vous soyez maman. Pourriez-vous nous raconter cette rencontre avec le design version mini jusqu’à la naissance de votre livre Mobilier design pour enfants ?

CD – L’idée de la collection à proprement parler m’est venue après avoir acheté plusieurs tabourets : à dimensions et proportions égales, j’étais fascinée de voir la diversité de formes. Puis, je suis vite « tombée » dans les chaises : j’ai acheté plusieurs séries en taille adulte – il était impensable de les séparer… –, j’en ai prêté à des amis mais la place a quand même fini par manquer.

Chaise Flötotto - Copyright Luc TourlouseEnfin, je suis tombée en arrêt devant une version miniature d’une chaise que j’avais en grand format : la Flötotto. La première pièce, tout a commencé à partir de là. Je crois que ce qui m’a poussée à recentrer mon intérêt sur le mobilier pour enfants est tout simplement un attrait pour la miniature, et le rapport d’échelle différent qu’il suscite. Un meuble de petit format redimensionne l’espace. De plus, la création dans ce domaine est sans cesse surprenante. Matériaux, formes et couleurs font bien évidemment l’attrait de l’objet mais, au-delà de ces considérations esthétiques, c’est l’ingéniosité de sa conception qui me séduit. Par exemple, lorsqu’il se passe quelque chose au-delà de la fonction première, tel est le cas du Zocker de Colani qui se transforme en jouet ou du Minidesk Ozoo de Marc Berthier qui devient une niche dans laquelle on peut se cacher…
Ce livre est né de ma passion de collectionneuse : le livre que je cherchais, dont j’avais besoin pour resituer chaque pièce dans son contexte !

- – -

LEDD – Vous avez longtemps collectionné ce mobilier. Votre collection était-elle motivée par un désir d’inventaire propre au chercheur ou à l’historien ?
CD – Après avoir réuni quelques pièces, j’ai éprouvé le besoin de les mettre en perspective, dans un cheminement historique. J’ai commencé à chercher de la documentation, et je me suis rendu à l’évidence qu’un livre sur le sujet manquait. En tant qu’éditrice, il m’a semblé naturel de le mettre en forme, et peu à peu, je me suis rendu compte que j’avais rassemblé suffisamment d’éléments pour en devenir l’auteur, en collaboration avec l’historien Pierre Gencey.

- – -

LEDD – Pourriez-vous nous présenter votre « acquisition » préférée ?
CD – Si je devais choisir une seule pièce, ce serait peut-être le Zocker de Colani, car, outre l’esthétique, l’aspect ludique de cet objet est étonnant. Il se passe quelque chose au-delà de la fonction première – l’assise. Le Zocker se transforme en jouet sur lequel on peut se mettre à califourchon, et il suffit d’observer un enfant s’en emparer pour comprendre à quel point ce siège-jouet est une vraie réussite. Même un bébé de 12 mois peut s’amuser, en l’enjambant ou en le manipulant.

Le Zocker - Copyright Luc Tourlouse

- – - – -

LEDD – Votre livre est souvent cité comme une référence sur le sujet. N’est-il pas étonnant qu’aucune monographie n’existe sur le mobilier enfant ?
CD – Quand je réunissais la documentation pour le livre, je suis tombée sur une phrase de l’historienne Egle Becchi, dans l’Histoire de l’enfance en Occident (1996) : « l’histoire de l’aménagement de la chambre d’enfant est tout entière à écrire ». Cette phrase me mettait face au défi que représentait ce projet, c’était à la fois inquiétant et stimulant. Avec Pierre Gencey, nous avons pu nous appuyer sur quelques catalogues d’exposition existants (en anglais et en allemand, voir bibliographie dans le livre), mais aucune synthèse n’existait. À ce titre, j’attends beaucoup du catalogue de l’exposition qui va s’ouvrir au MoMA très prochainement, « Century of the Child : Growing by Design, 1900-2000 ». Un sacré titre !
- – -

LEDD – À quel moment les designers se sont intéressés au mobilier pour les enfants ?
CD – Avant le début du XXe siècle, le mobilier destiné aux enfants était principalement une miniaturisation du mobilier pour adultes. Puis, peu à peu, l’enfant a commencé à acquérir un nouveau statut, grâce aux nouveaux principes de pédagogie de Maria Montessori notamment. On a alors cherché à lui donner les clés pour une plus grande autonomie et pour encourager son éveil. Les premiers designers à développer du mobilier adapté sont ceux du Bauhaus. L’habitat est repensé et l’enfant s’inscrit pleinement dans cette redéfinition de l’espace, et des usages que l’on veut plus rationnels. La maison Am Horn présentée à Weimar en 1923 en est l’exemple le plus emblématique : la chambre trouve sa place de façon stratégique entre la cuisine et la chambre de la mère, avec du mobilier ludique, ingénieux créé par Alma Buscher.

Mobilier Design pour Enfants - Carole DapreyLEDD – A la lecture de votre livre, on découvre que le mobilier évolutif existe depuis un siècle ! Absolument pas une invention du 21e siècle en fait ?
CD – On trouve en effet plusieurs exemples dans l’histoire du mobilier. Alma Buscher, justement, a proposé des meubles transformables, comme une table à langer qui devient un bureau grâce à l’espace libéré par les éléments centraux. Et, Jean Prouvé, dans les années 1930, a conçu pour l’école de plein air de Suresnes un pupitre avec un piétement ajustable à la taille de l’enfant. Par la suite, Marcel Gascoin et Karin Mobring pour Ikea, pour donner d’autres exemples, ont créé des sièges qu’on peut retourner pour obtenir une hauteur d’assise différente.
- – -

LEDD – Aujourd’hui vous semblez toujours passionnée par le sujet du mobilier enfant vintage comme en témoigne votre joli blog : http://vintageforkids.blogspot.fr/. Avez-vous d’autres projets dans le même sens ? Vous me disiez vous être séparée d’une grande partie de votre collection. Est-ce le signe d’un changement de « sujet » ?
CD – Aujourd’hui, la phase de collection compulsive est passée, je suis plus sélective et je n’ai gardé que quelques pièces, pour laisser place à un autre sujet qui me tient particulièrement à cœur, oui… mais j’ai l’impression d’être encore au pied de la montagne.
Parallèlement, la maison d’édition que j’ai créée simultanément à la sortie de Mobilier design pour enfants suit sa route. Je m’intéressais depuis longtemps au travail de Marcel Gascoin, et une exposition sur le designer organisée au Havre a été l’occasion d’éditer une petite monographie, qui a connu un vrai succès, grâce notamment au travail formidable réalisé par mon diffuseur Interart, sur mesure pour une petite maison d’édition comme la mienne. Publié en juin 2011, l’ouvrage est quasiment épuisé aujourd’hui. La prochaine étape sera une monographie, à paraître tout début 2013, sur un autre designer français dont le travail est en grande partie tourné vers le monde de l’enfance, mais il est malheureusement un peu tôt pour en parler…

- – -

LEDD – Et petite question plus personnelle pour imaginer comment on peut vivre une passion. La chambre de votre bébé, elle est comment ? Total vintage ou pas du tout : )
CD – La chambre de mon bébé est le lieu d’arrivée de toutes mes trouvailles, bien sûr, un endroit où se trouvent en germe toutes sortes de projets, mais cela ne se voit pas au premier coup d’œil. C’est une chambre comme tout bébé de 21 mois peut en avoir.

LEDD – Merci Carole et bonne continuation dans vos beaux projets !

Les Enfants du Design

postheadericon Une liste de naissance très DANDY !