Articles avec le tag ‘Design textile’

postheadericon Rencontre avec Sophie, fondatrice des Enfants du Design

 

sophie-edeine-les-enfants-du-designPour ce 5ème épisode de Les Enfants du Design s’invitent chez vous, Sophie, fondatrice des Enfants du Design, vous rend l’invitation et vous ouvre la porte de la chambre d’April.

Un style design et doux pour cette chambre nichée dans une alcôve et fermée par une verrière industrielle. Dans cet espace, Sophie fait la part belle au design scandinave

- – -

-

Découvrez la sélection de Sophie sur le site !

 

1 / Sophie, à quel moment as-tu conçu la chambre d’April ? chambre-april-les-enfants-du-design

 

Assez tôt, j’étais enceinte de quelques mois. Nous n’avions que 2 chambres pour 4 et l’arrivée d’April nécessitait la création d’une troisième chambre. La pose d’une verrière a résolu notre questionnement et a permis de blottir la chambre d’April dans l’alcôve du salon.

 

2 / Quelles étaient tes envies ? Comment ce projet a-t-il démarré ?

 

D’habitude on manque un peu de temps pour investir réellement la chambre et les pièces de nos enfants qui se construisent plutôt dans le temps. J’avais envie de me prêter à l’exercice d’aménager la chambre d’April jusque dans ses détails.

 

L’expérience a été plutôt intéressante. On va rarement à ce point au bout des choses dans la vie quotidienne. Enceinte d’April, je continuais à travailler sur la sélection de produits du site. Je suis donc tout le temps immergée dans « l’offre ». Je craignais qu’il soit difficile de faire un choix parmi tant de belles choses et finalement l’ambiance de la chambre d’April s’est très vite dessinée.

 

3 / Quel style s’est imposé à toi ?

 

J’avais envie de douceur.

Assez rapidement mon choix s’est orienté vers le rose poudré, le bois clair et les formes rondes. D’ailleurs c’est assez contradictoire avec ce que je souhaitais pour ma fille ainée Lou, pour qui j’avais banni la couleur rose, la jugeant trop layette.

 

chambre-april-les-enfants-du-design-2b

 

4 / Quel a été l’élément inspirant et déclencheur ?

 

Je voulais le portant Snake de Design Fuer Heim que j’imaginais parfaitement en ciel de lit minimaliste au-dessus du lit Leander.

 

chambre-april-les-enfants-du-design-1

 

5 / Quel est le premier article que tu as acheté pour elle ?

 

Le fameux Snake justement :) .

Et puis je rêvais depuis plusieurs années d’une armoire A’dammer de Pastoe.

Ce meuble se prête particulièrement à une chambre d’enfant, par sa forme et ses nombreuses déclinaisons de couleurs.

chambre-april-les-enfants-du-design-3Je me suis décidée car la chambre d’April était très petite. Ses proportions m’ont semblées parfaites. Elle répond au style industriel de la verrière et le contrecarre en même temps par sa couleur rose poudré.

 

J’aime l’idée d’avoir offert à April une pièce qui la suivra probablement toute sa vie.

 

6 / Quelles difficultés as-tu rencontré ?

 

La verrière sur l’un des murs principaux de la chambre représentait une sérieuse contrainte que je n’avais pas anticipée. Elle a notamment limité les possibilités d’aménagement dans la mesure où nous ne pouvions mettre aucun cadre ou rangement mural à cet endroit et seul un angle de la pièce restait exploitable.

La chambre d’April est à la fois petite et très haute de plafond. Il fallait utiliser la hauteur sans encombrer l’espace au sol. La suspension Grand Trianon d’Artecnica et la A’Dammer se prêtaient tout à fait à cela.

 

7 / Quelles perspectives t’ont ouvert ces contraintes ?

 

Le fait que la chambre d’April soit très ouverte sur le salon m’a donné envie de créer une continuité de style avec notre intérieur.

 

L’ambiance douce que je voulais donner à sa chambre avec le rose poudré notamment m’ont amenée à rechercher le contraste. Dans la couleur par exemple, avec quelques touches de violet-indigo et de menthe. L’affiche de Claudine O’Sullivan, que je destinais davantage à notre salon, fonctionne très bien à mon sens avec des pièces bien plus douces comme le cerf rêveur de Boramiri.

 

chambre-april-les-enfants-du-design-6

 

8 / A quoi as-tu renoncé ?

 

Pas grand-chose dans la mesure où j’ai muri la chambre d’April pendant plusieurs mois. Peut-être une composition String difficile à placer à cause de la verrière.

 

chambre-april-les-enfants-du-design-5

 

9 / Une découverte ?

 

Cam Cam une jeune marque Danoise, je suis tombée amoureuse de leur quilt que j’utilise en tapis d’éveil ou en plaid.

C’est un très bel objet, une pièce forte qui ne passe pas inaperçue et c’est plutôt atypique pour un article de puériculture.

 

Merci Sophie !

 

 

postheadericon Carte Blanche à bonnesoeurs – Le lit maison

Lélia & Thélissa de bonnesoeurs sont nos toutes premières invitées de la rubrique Carte Blanche.  A cette occasion, elles mettent en scène leur mythique « lit maison » dans un stylisme totalement libre. Lélia & Thélissa sont allées dénicher pour vous de nouvelles marques et créateurs à découvrir en exclu chez Les Enfants du Design !

Rencontre avec Lélia & Thélissa…

 

1 / Qui est bonnesoeurs ?

Nous sommes Lélia & Thélissa, deux sœurs originaires de Bretagne. Les hasards de la vie nous ont éloignées géographiquement l’une de l’autre. Malgré la distance qui nous séparait, nous souhaitions plus que tout travailler ensemble. De cette envie est née bonnesoeurs notre agence de décoration.

Après de nombreuses années à travailler sur Skype, le destin nous a enfin rapprochées et bonnesoeurs réunie maintenant nos diverses aspirations : la décoration, le design et la photographie.

bonnesoeurs-les-enfants-du-design-04B

2 / Comment résumer bonnesoeurs en 3 mots ? Quelles sont les valeurs communiquées par la marque ?

Si nous devions décrire notre univers en trois mots, cela serait Lumière, Fonctionnalité et Esthétisme. Nous aimons que les choses paraissent simples et évidentes tout en étant personnalisées.

Le design bonnesoeurs est 100% Made in France et respecte une démarche s’inscrivant dans le développement durable.

 

3 / L’histoire du lit maison ?

Le tout premier « lit maison » a été créé et fabriqué par Thélissa pour son fils aîné. L’idée de départ était de lui créer un cocon enveloppant et rassurant, la forme de maison s’est imposée comme une évidence.

Après la publication de sa photo sur Internet, les gens nous ont contactées pour savoir où le trouver. Trois ans ont passé et nous recevions toujours autant de mails. Nous avons alors décidé d’éditer une première série de lits pour notre shop en ligne. L’accueil fut très chaleureux et les réseaux sociaux ont relayé… Nous avons été contactées par des boutiques de design en France et à l’étranger.

bonnesoeurs-les-enfants-du-design-05B

 

4 / Comment s’organisent vos projets déco ?

Pour chaque projet, nous racontons une histoire, ce fil conducteur permet de donner du sens à la décoration. Généralement, cela commence par un produit « coup de cœur » qui répond au besoin principal de la pièce et qui valorise l’espace dans lequel il sera mis en scène. Puis, nous complétons la sélection en choisissant matériaux, coloris et motifs pour illustrer cette histoire.

Pinterest est devenu un outil indispensable pour organiser notre travail. Nous créons des tableaux que nous partageons et enrichissons au fur et à mesure de nos discussions. Il se dégage très vite une ambiance que nous affinons lors de l’élaboration du carnet de tendance que nous proposons à nos clients.

 

5 / Pourquoi cette sélection ?

Il nous fallait habiller notre «lit maison », nous avons donc commencé par chercher le linge de lit. La housse de couette revisitant la toile de Jouy avec un imprimé sous-marin fût le point de départ de notre thème « Matelot ». Pour l’agrémenter, nous avons sélectionné des produits illustrant la mer et les bateaux. Un mini container métallique fait office de chevet, le bureau évolutif nous a fait penser à un ponton sur pilotis et nous avons suspendu un mobile graphique en guise de girouette. Les motifs géométriques sur la lampe de bureau et les coussins suggèrent la signalétique marine…

Puis, telles des exploratrices, nous sommes parties aux quatre coins du globe pour dénicher quelques trésors. D’Australie, nous avons rapporté un drapeau nautique ; Des Pays-Bas, les coussins noeuds et une affiche qui semble avoir été éclaboussée par les vagues.

 

Retrouvez toute la sélection bonnesoeurs pour Les Enfants du Design !

 

6 / Pari réussi ? Ce qui vous plaît dans cette ambiance ? Quel nouveau regard elle apporte sur le lit maison.

Nous aimons l’atmosphère paisible qui se dégage de cette chambre, on imagine le drapeau flotter sous la brise marine. Le mélange des motifs peut sembler inattendu mais l’ensemble s’harmonise autour d’une même gamme colorée.

Lorsque nous avons imaginé le « lit maison », nous avons privilégié des lignes pures et des matériaux nobles pour qu’il s’intègre à tous les styles et pour qu’il puisse être personnalisé à l’infini. Nous espérons que cette nouvelle interprétation donnera à chacun l’envie de laisser libre court à son imagination…

 

bonnesoeurs-les-enfants-du-design

Merci Lélia & Thélissa !

Retrouvez tout l’univers bonnesoeurs sur http://www.bonnesoeurs.com/

postheadericon Rencontre avec Laurence Bonnet, créatrice de Rose Minuscule

Rose Minuscule

Les Enfants du Design ont découvert Rose Minuscule alors qu’ils étaient partis en quête de cadeaux de Noël merveilleux pour apporter un peu d’aide à un Père Noël débordé… Telle une petite fée, Laurence Bonnet créatrice de Rose Minuscule nous a généreusement ouvert ses portes, celles de son atelier mais aussi celles de son petit monde intérieur.

Laurence Bonnet créatrice de Rose Minuscule1 – Merci Laurence de nous accorder un peu de ton temps si précieux… Racontes-nous comment est né Rose Minuscule ?

D’abord il y a la petite fille que j’étais, qui était toute seule bien souvent et qui pour occuper des mercredis trop grands cousait des poupées dans de vieux morceaux de tissu. Ensuite, j’ai fait des études d’Arts plastiques au lycée, puis à la fac. J’étais dans mon élément et j’avais la sensation d’avoir trouvé ma place. Je me voyais plus tard professeur des écoles, professeur d’arts plastiques ou auteure jeunesse. Mais j’ai interrompu assez vite mes études car mon premier bébé est arrivé. Mes envies ont été mises entre parenthèses mais sans regrets car ma fille était devenue ma priorité, mon univers.

Puis quelques années et deux autres bébés plus tard, déçue par des expériences professionnelles douloureuses, je me suis demandée ce que je savais faire, ce que j’aimais vraiment faire ! J’ai repensé au plaisir immense que je ressentais lorsque enfant je créais des personnages de tissu. J’ai donc eu ma première machine à coudre et l’aventure a commencé.

- – -

2 – D’où vient le nom « Rose Minuscule » ?

Je voulais un nom évocateur de fragilité, de poésie. Quelque chose de désuet et de doux qui rappelle l’enfance. Prénom, fleur, couleur ? J’aime bien les différentes lectures qui peuvent se faire à travers ce nom et j’aime l’image de la toute petite chose, graine ou bourgeon qui ne demande qu’à grandir et s’épanouir.

T'offrir la Lune - Rose Minuscule

3 – Tes créations dégagent beaucoup de poésie mais aussi beaucoup de mélancolie. Un petit parfum d’antan qui plaît beaucoup aux grands-parents notamment… Y a-t-il une explication à cela ? Est-ce que tes créations sont inspirées de souvenirs d’enfance ?

J’ai eu une enfance merveilleuse dont je suis très nostalgique. J’ai aimé cette époque et bien entendu la plupart de mes créations en sont inspirées. J’ai envie de retranscrire à travers mon travail la douceur, l’amour, la tendresse que j’ai reçu enfant. Comme je l’ai évoqué, j’ai aussi été souvent très seule étant petite mais cela n’a jamais été douloureux pour moi : je me plongeais dans les mondes imaginaires de mes livres d’enfants. Je dessinais beaucoup, j’inventais et écrivais  des petites histoires et créais toute sorte d’objets et de personnages en pâte à modeler, tissu, bouts de bois… Je me sers aujourd’hui de ces univers et de ces personnages dans mes créations.

- – -

4 – La question qu’on brûle de poser aussi devant tant de minutie et de détails soignés c’est : « Combien de temps ? » Alors dis-nous,  ça te prend combien de temps de faire un ours par exemple ?

Je passe beaucoup de temps à réaliser mes ours, mes mobiles… Je ne compte pas vraiment : une fois la création commencée, je perds un peu la notion du temps, je m’envole loin… Je dirai qu’un ours, tout habillé, me prends plus ou moins 5 heures de travail. La priorité dans mon travail de créatrice est d’arriver là où je voulais aller : obtenir le résultat que je souhaite. Si mon personnage a besoin de temps pour exprimer ce qu’il a à exprimer alors je lui consacre le temps nécessaire. Ma priorité est la qualité : cela m’apprend chaque jour la patience, la minutie…

Collection de Noël - Rose Minuscule

5 – Y a-t-il un détail, un accessoire « infernal » à faire ? Je veux dire le truc le plus difficile qui te demande une concentration optimale pour ne pas être raté ?

L’accessoire infernal pour moi est l’épuisette utilisée dans les mobiles « l’attrapeur ou l’attrapeuse de nuages ». Ce n’est pas un élément difficile à faire mais long, pénible et qui fait mal aux doigts ! Et puis je crois que j’en ai trop fait ! Pour la difficulté, je dirais le visage des ours. Je suis très concentrée quand je brode à main levée le museau et les yeux des ours : je veux trouver la juste expression entre la douce tristesse et le fragile bonheur. Ensuite, toute l’étape qui consiste à monter l’ensemble du visage me paraît difficile et long à faire. Disons que quand le visage est fait, je suis plutôt contente et soulagée ! Tout est entièrement fait par moi. Aucun élément n’est acheté tout fait et utilisé tel quel. Je pars de matériaux bruts pour créer chaque détail ( lampions, chapeaux haut de forme, fleurs crochetées, épuisettes…) Même les cerceaux des mobiles sont réalisés à partir de fil de fer assemblé et arrondi patiemment un à un à la main. Bien entendu, Rose Minuscule est une aventure familiale et dans les moments de surcharge, j’ai la chance de voir se regrouper ceux que j’aime autour de moi pour me donner un coup de main ( merci à S, M,M et V !)

- – -

6 – C’est un travail de fourmi ! Est-ce que tu produis tous les jours un petit peu ? A quoi ressemble une journée normale dans la vie de Laurence Bonnet ?

Mes journées commencent de très bonne heure car j’aime travailler quand toute la maison est encore endormie. Et puis je suis efficace le matin, alors j’en profite ! Je commence par répondre à mon courrier en prenant mon café. Puis ma journée de création commence. En général, je mets une chanson, toujours la même, en boucle ( ce qui peut vite rendre complètement dingue quiconque se risquerait à rester plus de 15 minutes dans mon atelier !). Moi, cela m’aspire, m’hypnotise et je travaille sans relâche jusqu’au soir. Dans l’après-midi, je suis obligée de grignoter un bout ou deux de chocolat pour tenir le coup. En fait, je suis très gourmande et cela m’encourage. Par exemple : une épuisette = un bonbon !! Ca passe tellement mieux ainsi !

Ours à l'écharpe - Rose Minuscule

7 – Où vas-tu chercher tous ces beaux tissus ? Est-ce que tu les chines ?

Il m’arrive de chiner certains tissus mais ils sont alors réservés aux pièces uniques. Pour les collections en petites séries, j’achète mes tissus au coup de cœur. Le marché Saint Pierre, Mondial Tissu, Anna K Bazar ainsi qu’une toute petite et très vieille boutique de tissu pour patchwork  à deux pas de chez moi sont mes lieux de prédilection.

- – -

8 – Des rêves, des projets pour bientôt ?

Si j’arrive à avoir un peu plus de temps libre cette année, j’aimerai m’inscrire à un atelier de poterie-céramique pour retrouver et explorer de nouveaux horizons. J’aime beaucoup le modelage et j’aimerai créer des petites saynètes pour Rose Minuscule. J’aimerai aussi mettre au point un prototype de poupée en tissu à habiller et câliner

- – -

9 – Parmi tes créations, est-ce que tu as un chouchou ?

Quand je crée, je suis détachée de mes créations. Même si elles me plaisent toutes, je n’en garde aucune et n’ai aucun mal à m’en séparer. Mais une d’elle m’a touchée particulièrement et j’ai eu très envie de la garder pour moi : c’est un de mes ours, un noir avec une grosse écharpe en laine écrue.

Merci Rose Minuscule pour ce voyage dans les étoiles !

> VOIR TOUTES LES CREATIONS DE ROSE MINUSCULE !

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon Ginkgo – La nouvelle collection Petit Pan

Voir ce produitCe petit berceau vintage en osier annonce la couleur… La collection textile Petit Pan Eté 2012 est à croquer…

Comme d’habitude chez Petit Pan, les motifs textiles sont de vrais bonbons qui pétillent de couleurs. Les enfants les adorent. J’avais à peine ouvert les cartons tous juste arrivés de la nouvelle collection, Lou s’était déjà jetée sur l’édredon Osami: « Moi je veux ça ! » Voilà, c’est clair. C’est beau.

Collection Ginkgo - Petit PanAlors forcément nous avons dû faire un choix parmi tant de belles choses. Nous vous avons préparé une belle sélection de linge de lit avec les textiles Junko, Mikko, Okiko, Osami et Wasabi. Vous trouverez turbulette avec liens, tour de lit, édredon bébé et édredon enfant, couette bébé et couette enfant pour vitaminer la chambre de vos enfants.

Voir ce produitÉvidemment, retrouvez aussi sur le shop le fameux lit enfant pliant en bambou et puis pour la déco de vos chambres d’enfants, les guirlandes de fêtes Petit Pan !

L’été va être joyeux avec cette toute nouvelle collection inspirée à Myrima De Loor par un voyage au Japon…

Collection Ginkgo – Eté 2012 – Petit Pan

> Découvrir la nouvelle collection Petit Pan

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon En toute écologie, Muskhane remplie de douceur, de couleurs et de poésie, la chambre de vos enfants

Calebasses en feutre Muskhane - Collection été 2011

Pour bien commencer la semaine, je vais vous raconter une belle histoire, celle de Muskhane qui en népalais signifie « sourire ». Vous voyez, je vous le disais, ça commence bien..

Muskhane est une très belle aventure humaine initiée par Thierry et Valérie Billot. Passionnés de voyages et de grands espaces himalayens, ils nous font partager leur passion par le biais de leurs découvertes et de leurs créations. Chez Muskhane, il y a une collection d’accessoires en feutre coloré pour la maison et une collection de vêtements en cachemire. Ces créations sont le fruit d’un savoir faire artisanal ancestral, elles sont réalisées au Népal, au coeur de l’Himalaya.

Muskhane est une société exemplaire dans sa démarche de commerce responsable : elle est liée en amont avec des fournisseurs affiliés au réseau du commerce équitable, ou avec des entreprises et artisans qui en respectent les principes.

Balles de jonglage Muskhane - Collection été 2011

Les matières premières utilisées pour la production des collections Muskhane sont des matières naturelles & renouvelables. Laine de mouton pour la fabrication du feutre et laine de chèvre pour celle du cachemire.

Pour la fabrication du cachemire, le processus de production utilise des machines à tricoter entièrement manuelles. Nulle consommation d’électricité lors du tricotage, seulement nécessaire lors de l’assemblage des pièces.

Pour la fabrication du feutre, le processus est totalement artisanal. L’eau et le savon sont les deux autres composants de sa réalisation. La gestion de l’eau est une préoccupation de tous les jours.

Les produits Muskhane sont expédiés par avion, seul moyen de transport envisageable au Népal. Pour pallier à cette pollution et compenser le CO2 émis, Muskhane est membre de CO2 solidaire. Leur contribution annuelle est utilisée pour financer la mise en place de « 1000 bâtiments solaires passifs » dans les Himalaya en Inde.

Coussins Smarties Muskhane - Collection été 2011

Depuis sa création, Muskhane tient aussi à développer une dimension humaine, d’une part dans ses relations et ses engagements avec ses fournisseurs et ses clients, mais aussi en se donnant comme objectif de participer à des activités sociales au Népal, et ce essentiellement dans le domaine de l’éducation. Depuis 2006, Muskhane apporte un soutien financier et parfois logistique à l’association française DEM Népal. Cette petite association conduit un programme social dans la vallée de Katmandu auprès de familles défavorisées, et permet à des étudiants de bénéficier de soutien scolaire.

LE CHALLENGE DE LA SEMAINE / Faire aussi bien que Muskhane, parce que de toute façon on pourra pas faire mieux, surtout en une semaine !

Design: Muskhane

Dim.: Calebasses, H 28 x Ø 55 cm / Balles de jonglage, Ø 7 cm / Coussins Smarties, Ø 33 cm

Prix: Calebasse, 69 € / Balle de jonglage, 5 € / Coussin Smarties, 26 €

> Découvrir la dernière collection Mushkane

Les Enfants du Design

postheadericon Faites de doux rêves… – Design: Scholten & Baijings pour Thomas Eyck

Coussins Scholten & Baijings pour Thomas Eyck

Scholten & Baijings, je les ai rencontrés sous la forme d’un plaid vaporeux et languissant nonchalamment abandonné sur un canapé de la VitraHaus. Inoubliables, malgré leur nom… Aujourd’hui j’apprends avec bonheur qu’une exposition est consacrée à ce duo de jeunes designers au musée municipal de la ville d’Hertogenbosch aux Pays-Bas. Alors certes ce n’est pas à côté mais après tout, qui sait où vous passerez vos vacances d’été ?

Plaid Scholten & Baijings pour Thomas Eyck

Stefan Scholten (1972) et Carole Baijings (1973) travaillent des formes minimales, de séduisants arrangements de couleurs (à la fois osés et juste comme il faut), qu’ils associent et à des techniques artisanales et à une production industrielle pour aboutir à un style très identifiable et marqué. Impossible de les oublier, si je vous le dis…

Scholten & Baijings rassemble le designer, l’artisan et l’industriel dans un style qui a su convaincre le monde du design. En 2010, ils remportent le prix du Woonbeurs d’Amsterdam et le Dutch Design Award pour Paper Table, tandis que Wallpaper magazine en fait le Designer of the Year (2011) et leur accorde son Design Award pour leur service Paper Porcelain.

Scholten & Baijings ne s’intéresse pas qu’au design textile, ils créent aussi des lampes, des tapis, de la vaisselle et même du mobilier. Cette année, ils réalisent pour Hay une collection textile avec du linge de lit et aussi de très beaux tapis.

Scholten & Baijings - © Freudenthal - Verhagen

Design: Scholten & Baijings

Edition: Thomas Eyck

Matériaux: 84% laine mérinos, 16% coton

Dimensions: Coussins, H.33 x L.47 cm / Plaid, l.140 x L.180 cm ou l.260 x 280 cm.

Prix: Coussin, 119 € / Plaid petit, 339 € / Plaid grand, 779 €

Le musée municipal d’Hertogenbosch accueille l »exposition Scholten & Baijings : « Blush – Design in full colour » du 1er mai au 28 août 2011. Plus d’informations, par ici.

Les Enfants du Design