Rencontre avec Frédéric Michel-Dalès, dirigeant de Djeco

Tout près de Notre Dame de Paris, à deux pas du Quai des Grands Augustins, se niche un authentique atelier du Père Noël, celui de Djeco. Nous avons eu la chance de le visiter, et c’est avec des étincelles plein la tête que nous vous proposons de nous suivre chez ce qui pourrait bien être la plus jolie marque de jouets au monde….

Entreprise familiale française, Djeco imagine depuis plus de 60 ans des petits chefs d’oeuvre de jeux et jouets et les distille à travers une soixantaine de pays dans le monde. Il y a dans chaque jouet Djeco une part de magie fascinante, ce petit je-ne-sais-quoi qui le rend différent et reconnaissable entre tous. Notre curiosité d’enfants bien aiguisée nous a amenés à pousser la porte des ateliers créatifs Djeco pour en percer les secrets. Son dirigeant, Frédéric Michel-Dalès, l’a ouverte en grand et Marion, riche de 15 années d’expérience dans les murs, nous a raconté l’histoire de cette maison hors norme.

 

Au commencement, l’audace

Djeco voit le jour en 1954, à l’initiative de Véronique Michel-Dalès, la mère de Frédéric. Elle imagine ses premiers jeux alors qu’elle travaille au contact d’enfants dans une colonie de vacances. Guidée par son intuition, sa créativité et sa fantaisie, elle crée des jeux beaux, intelligents et ludiques qui rencontrent un succès immédiat. Si bien que dans les années 60, ses créations sont récompensées par quatre Oscars du jouet. C’est le début d’une grande aventure familiale. L’histoire de Djeco ne dit pas si Véronique avait une recette secrète, mais elle illustre à merveille la recette que révèle J.W. von Goethe dans Faust : « L’audace renferme en soi génie, pouvoir et magie ».
Alors oui, cette magie que recèle chaque boîte de jouets Djeco a sans doute quelque chose à voir avec l’audace. Mais à moins que celle-ci soit héréditaire, il doit bien y avoir d’autres secrets. L’enquête continue…

 

L’esprit de famille

En 1989, Frédéric reprend le flambeau de Djeco. Il commence par sillonner le monde à la recherche de jouets qui n’existent pas en France. Puis il imagine ses propres jouets avec une sensibilité artistique qui deviendra sa marque de fabrique. L’aventure se transmet de mère en fils, mais aussi à toute l’équipe, et c’est un véritable esprit de famille qui règne en maître, dans ces ateliers où l’humain prime. Ici, point de marketing ou de plan de communication, mais de l’intuition et du partage. Frédéric donne le ton et la ligne directrice avec confiance. Ses choix sont sûrs et assumés jusqu’au bout. S’il se prête au jeu de l’enquête avec un sourire amusé, ses mots sont rares et,  comme pour tout magicien qui se respecte, le mystère reste de mise : « Ici nous créons un jouet par jour dont certains qui, nous le savons, ne marcherons pas ». Une démarche créatrice qui fait la part belle à l’intuition et inspire le sentiment si précieux d’accomplissement qui caractérise les projets sincères menés à leur terme sans concession..

 

« Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie »

Je ne sais pas si l’âme d’enfant se cultive ou si, quand on l’a gardé, c’est pour toujours. En tout cas, Frédéric Michel-Dalès a bien gardé la sienne, cela ne fait aucun doute. D’ailleurs, il raconte : « A la maison, je vis au rythme des jeux et jouets. Testeur en chef de ses créations, je grandis avec l’idée magique que travailler c’est jouer… Logique donc qu’en 1989 je prenne pour terrain de jeu l’affaire familiale ». Voilà donc un dirigeant qui joue tout le temps, à l’instar de Peter Pan. En témoigne l’ambiance des ateliers créatifs : « Nous travaillons ensemble très sérieusement mais sans jamais se prendre au sérieux ».

 

Le temps

Dans sa fabrique, Djeco invite un allié précieux et rare : le temps ! A contre-courant de «l’instantané» ambiant, le parti a été pris de laisser du temps à la création. En témoigne l’expérience de Marion lorsqu’elle nous confie le processus créatif de la Cubic House de Djeco : La conception de l’architecture a été précédée par une dizaine de cas d’études présentés aux équipes créatives par un architecte. La Cubic House est ainsi inspirée de la maison de Charles et Ray Eames.
Chaque personnage a été conçu en étroite collaboration avec un illustrateur testant plusieurs graphismes et expressions. Marion nous fait découvrir les différentes maquettes préalables à la réalisation des pièces de mobilier. A chaque étape, le design se précise. Et dans nos têtes se profilent les heures passées, les jours et les années… Tout le temps qu’a nécessité l’élaboration de ce jouet, et qui lui donne une telle richesse de détails et de références.

 

Le goût du beau

Souvent, la première fois qu’on offre un jouet, on se demande s’il faut nécessairement qu’il soit beau. Avant cette question m’occupait beaucoup l’esprit, surtout lorsque je travaillais à la sélection de jouets des Enfants du Design. Puis grâce à mes enfants, j’ai découvert les histoires du soir, et à travers elles, les Pays Imaginaires de gouache, pastel et crayon, de l’illustration jeunesse. J’ai retrouvé cette magie sur un jeu de cubes en carton qu’on avait offert à ma fille. C’était un jeu Djeco. Je vous l’avais dit, ces jouets ont un pouvoir magique. Comme si Djeco avait compris bien avant moi que l’illustration ouvre une petite porte à la rencontre de l’Art.

Sophie

> VOIR NOTRE SELECTION DE JOUETS DJECO

LA GALERIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *