postheadericon Rencontre avec Sandie de Fresh & Vintage – La chambre de Rose et Angus

Portait de Sandie - Fresh & VintagePour ce deuxième rendez-vous, Les Enfants du Design s’invitent chez Sandie, co-fondatrice de Fresh & Vintage. A la découverte de la chambre de Rose et Angus. Une petite chambre vintage bien sûr, belle, fonctionnelle et pleine d’astuces de rangements.

Dans cet espace, Sandie réussie le pari d’une chambre réunissant une fille et un garçon, mais aussi deux enfants d’âge bien différents 4 et 9 ans…

Découvrez aussi la sélection de Sandie sur le site !

- – -

La Chambre de Rose et Angus - Fresh & Vintage

Sandie, merci de ton invitation dans l’univers de Rose et Angus. Voilà une chambre intéressante pour ce qui est de l’optimisation de l’espace qui ne sacrifie rien au style, bravo ! J’imagine que ça ne s’est pas fait tout seul… Racontes-nous comment vous avez pensé cette chambre ? Rose et Angus ont-ils participé, avaient-ils des exigences ?

La chambre des enfants devait être bien pensée dès le départ car nous avions beaucoup de contraintes à respecter. Tout d’abord, deux enfants dans la même chambre, un garçon et une fille, d’un âge assez différent, 4 et 9 ans… Donc pas évident de respecter les souhaits de chacun !

La Chambre de Rose et Angus - Fresh & Vintage

Et nous avions un espace assez restreint avec une chambre toute en longueur mais avec une belle hauteur sous plafond. Nous avons donc pensé une déco ni trop « fille », ni trop « garçon » avec de belles pièces de mobilier vintage comme les lits superposés des années 50 et tout un mur en étagères modulables String de la même époque. Ces étagères permettent d’aménager le mur tout en hauteur, nous faisant profiter de tout le rangement nécessaire.

Ce mélange de bois met en valeur les couleurs douces des accessoires et textiles que nous avons choisis : du rose poudré en petites touches et du vert canard.

Nous demandons toujours l’avis de Rose et Angus, leurs exigences étant surtout pratiques : Un bureau/secrétaire qui ferme pour Angus pour que sa sœur ne joue pas avec ses lego, et un bureau assez grand pour Rose pour découper et peindre, avec un grand panier pour ranger tous ses déguisements.

 

Si tu devais résumer en quelques mots le style de cette chambre ?

La chambre des enfants est vraiment vintage. Mais avec des pièces choisies pour optimiser l’espace au maximum.

L’ensemble String, bien sûr, mais aussi le choix des lits superposés : nous avons chiné un modèle particulièrement haut mais avec une largeur de 80cm, assez fréquente pour les lits de ces années là. Ils prennent moins de place en largeur et dans une chambre assez étroite c’est essentiel.

La Chambre de Rose et Angus - Fresh & Vintage

Le Vintage semble être définitivement un art de vivre chez vous. Je crois déceler aussi un goût prononcé pour les matières, les textiles et finalement peu d’éléments très contemporains. Est-ce que je me trompe ?

Effectivement, le vintage occupe une place majeure dans notre intérieur. Par goût et par déformation professionnelle certainement !

Nous chinons beaucoup de belles pièces pour nos clients et nous craquons régulièrement pour notre intérieur.

Avec Guillaume, nous aimons tous les deux les mêmes choses : le mobilier des années 50 mélangé à une belle collection de rotin et de luminaires. Nous aimons les lignes assez pures de cette époque, agrémentées de gros tapis en laine, de coussins en lin et de matières assez brutes en général, mais toujours douillettes.

 

La Chambre de Rose et Angus - Fresh & VintageQuelle est ta pièce de mobilier ou déco préférée dans la chambre de Rose et Angus ?

J’aime beaucoup les luminaires vintage. Sur le bureau de Rose, il y a une Maclamp turquoise des années 50. Une très belle pièce que l’on garde depuis longtemps…

 

Une anecdote sur les habitudes de Rose et Angus dans leur chambre ?

Leurs lits superposés sont très hauts, créant un grand espace sous le lit du bas. Ils adorent y faire une cabane avec tous leurs coussins et leurs plaids. Ils ferment complètement cet espace, prennent livres, dînette et lampes de poche et on ne les entend plus !

 

Quelques mots sur l’actualité de Fresh & Vintage ? Un nouveau site déjà depuis quelques semaines ! D’autres projets pour bientôt ?

Effectivement, notre nouvelle boutique freshandvintage.fr est en ligne depuis peu et elle va s’étoffer d’ici la rentrée. Nous développons une ligne « fresh and vintage » de textile, banquettes en réédition pour les enfants, et des surprises à venir, avec une gamme de tapis notamment. Nous continuons à chiner et proposer du mobilier pour les enfants mais aussi de très belles pièces pour les plus grands. Nous proposons de plus en plus de fauteuils scandinaves, chauffeuses et sofa modernistes et nous les retravaillons pour proposer ces pièces vintage revisitées avec des tissus actuels.

Le bleu sera à l’honneur avec nos prochaines réalisations mais aussi dans notre showroom lyonnais dès la rentrée.

 La Chambre de Rose et Angus - Fresh & Vintage

 Pour en savoir plus sur Fresh & Vintage, rendez-vous sur: freshandvintage.fr

 Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon Rencontre avec Nathalie Rives – La chambre de Marine

Nathalie Rives © Sabine SerradCe mois-ci, Les Enfants du Design s’invitent chez Nathalie Rives qui nous fait découvrir son univers déco à travers la chambre de sa fille Marine.

Nathalie est styliste d’intérieur, passionnée par son métier, elle fourmille d’idées et de projets qu’elle nous livre dans cette interview avec humour et générosité.

Découvrez la sélection de Nathalie sur le site !

- – -

Pour en savoir plus sur Nathalie Rives, rendez-vous sur: www.nathalierives.com

Reportage photo par Sabine Serrad

Nathalie Rives © Sabine SerradBonjour Nathalie, merci de nous avoir invités à découvrir la jolie chambre de Marine ! Racontez-nous comment elle s’est « construite ». C’est un travail à 2 on dirait…

Tout à fait, la relève est assurée. Marine  grandit avec une maman styliste d’intérieur, j’ai longtemps travaillé de chez moi et cela se ressent. Je l’ai influencée inconsciemment mais elle a un œil particulièrement avisé pour son âge et des idées bien arrêtées (cela doit être génétique, les idées arrêtées bien sûr!)Nathalie Rives © Sabine Serrad

Le lit : je  l’ai trouvé sur le trottoir à New York (Nous y avons vécu 6 ans),  un petit coup de peinture et HOP! La voilà dans un superbe « lit from New York !!!! ».

Mademoiselle  adore sa forêt magique et s’endort protégée par ses arbres (j’en profite encore avant que les posters de chanteuses n’envahissent les murs.) A ce sujet une petite astuce, pour l’instant je les accroche à l’intérieur de son placard !!! (On résiste comme on peut !)

Comment définiriez-vous en quelques mots le style de cette chambre ?

Vintage, actuelle et poétique à la fois.

Vintage  avec les pièces chinées : je les choisis et « Mademoiselle » les valide.

Actuelle : elle a eu un coup de cœur pour les coussins Numéro 74 qui sont un juste mélange de rock et poésie (pour la petite histoire j’ai découvert que c’est Poupi une copine de lycée qui a créé cette jolie marque).

Les Tapis Muskhane tout doux pour ses petits petons et furieusement tendance !

Le bureau devait impérativement  avoir la couleur de ses arbres en plus de répondre aux diktats de Marine. Le bureau Sirch allie élégance et simplicité.

Poétique : sur le thème de la forêt fantastique, ce sont les déco de vitrine de Noël d’une grande enseigne de design je les ai harcelés, je les voulais alors qu’elles n’étaient pas à vendre. (Mon côté têtue et ce pour le plus grand plaisir de ma fille !)

Nathalie Rives © Sabine Serrad

Est-ce que la chambre de Marine reflète votre style en matière de décoration ? Est-ce que vous mixez de la même manière ancien et contemporain dans vos réalisations ?

C’est une chambre de petite fille, mon style est encore plus marqué dans un intérieur d’adulte,  et en effet je ne veux pas d’une seule époque, d’un seul style, matériau ou couleur. L’élégance est souvent dans les contrastes et les mélanges.

 

Nathalie Rives © Sabine SerradVous  vous définissez comme « styliste d’intérieur », c’est un terme qui peut paraître très large. En quoi cela consiste-t-il exactement ?

C’est un terme générique donc large. Le stylisme d’intérieur s’adapte à des scénographies évènementielles, de l’édition de meuble, l’architecture d’intérieur,… toutes ces différentes facettes que propose mon agence Nathalie Rives. Les cases sont par définition réductrices. L’appellation styliste d’intérieur ouvre tous les horizons.

Quelle est votre pièce de mobilier ou déco préférée dans la chambre de Marine ?

J’adore ces coussins qui vous invitent aux rêves et ceux d’une petite fille sont toujours saupoudrés de magie non ? Le coussin, c’est le confort,  cocooning, c’est un élément très présent dans mes maisons. C’est très important que l’on se sente bien chez moi.

Il y a aussi je l’avoue son « lit from New York » j’adore l’idée de mettre tout ensemble, des pièces de designer à côté d’objets récupérées. La déco ne doit  pas connaître le snobisme !

Nathalie Rives © Sabine Serrad

Une anecdote sur les habitudes de Marine dans sa chambre ?

Marine adore se servir de ses arbres pour accrocher ses décorations de saison avec la musique à fond porte fermée évidemment (comme toute préado qui se respecte !). Les guirlandes apparaissent à Noël, des flocons découpés dans du papier en février, des fleurs au printemps (généralement mes broches en tissus!!!)

Nathalie Rives © Sabine Serrad

J’ai cru comprendre que vous aviez une actualité chargée pour la rentrée 2014. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Effectivement chargée est un euphémisme mon agence Nathalie Rives a un projet avec Ressource, le marchand de couleurs, pour septembre.

Je me lance dans l’édition en créant une table d’appoint en céramique réalisée par la poterie de la Madeleine à Anduze. Elle sera présentée au Design Tour en Octobre à Lyon.

L’agence Nathalie Rives ouvrira également une  galerie à Lyon en septembre.

Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que mes vacances ne s’annoncent pas aussi sereines que prévu!!!

Sérieusement, j’ai la chance d’avoir un travail qui est une passion,  je ne travaille donc jamais :-) ou tout le temps (question de point de vue !)

Nathalie Rives © Sabine Serrad

Découvrez la sélection de Nathalie sur le site !

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon La chambre de Brune par Constance – The Socialite Family

 

La chambre de Brune par Constance - The Socialite FamilyA travers son blog The Socialite Family, Constance Gennari nous invite à partager l’univers déco de familles contemporaines. Comme nous, elle aime la déco, le design et les gens qui vivent avec. Il y a quelques semaines, nous avons eu le plaisir d’accompagner Constance dans le relooking de la chambre de sa fille Brune. Coup de cœur pour cette jolie chambre d’enfant déjà mise à l’honneur dans le dernier magazine Elle !

 

Bibliothèque Salamandre Nonah Bureau Geo We Do Wood

 

 LA SELECTION DE CONSTANCE

 

- Constance, comment définirais-tu tes goûts en matière de déco ? J’ai cru apercevoir dans ton salon un mix de vintage et de contemporain que l’on retrouve d’ailleurs dans la chambre de ta fille.

Je vis dans un appartement très moderne que j’adore  mais c’est vrai que naturellement je vais avoir tendance à préférer le vintage. J’aime l’histoire des meubles, j’aime me dire que les meubles ont eu une vie, une histoire avant. Pour les bijoux et les vêtements j’ai la même passion. En revanche je suis bluffée par les meubles écologiques et très design que l’on trouve en ce moment et plus particulièrement par leurs lignes. Du coup oui des marques comme Rafa Kids, Kalon et Perludi sont démentes !

 

- Parmi les pièces que tu as sélectionnées pour la chambre de ta fille, quelle est celle que tu préfères ?

Je suis archi fan de la couette en lin de chez Linge Particulier, des coussins pomme Blabla et de la maison Luckyboysunday. Mais mon crush va pour le bureau We Do Wood sans comparaison. Il a une ligne 50 sublime et je rêve presque de l’avoir pour moi !!

 

- Une anecdote sur Brune dans sa nouvelle chambre ?

Depuis qu’elle a une nouvelle chambre, c’est son grand frère qui y passe plus de temps ! Il squatte un peu son terrain de jeu en ce moment :-)

 

Papier peint: Pierre Frey

 

> Découvrir la sélection de Constance sur Les Enfants du Design !

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon Interview de Constance Gennari créatrice du blog The Socialite Family

Constance Gennari - The Socialite FamilyIl y a quelques semaines, nous avons eu le plaisir d’accompagner Constance du blog The Socialite Family dans le relooking de la chambre de sa fille Brune.

Les Enfants du Design se sont invités chez Constance le temps d’un café, histoire de vous rapporter quelques clichés et d’en apprendre un peu plus sur la photographe des « socialite families » !

Rencontre avec Constance Gennari…

- Constance, raconte-nous comment est né The Socialite Family

Elevée dans une famille très attachée à l’art et aux mobiliers, j’étais à bonne école. J’ai grandi entre Paris et Milan, deux villes qui sont les capitales du bon goût et de l’élégance dans la mode et le design. Une mère collectionneuse passant tout son temps entre l’hôtel des ventes de Drouot et les puces de Vanves.  The Socialite Family est né naturellement dans une période de transition dans ma vie. J’ai eu la forte envie d’aller à la rencontre d’une nouvelle génération de gens, ceux qui ont une éducation, qui aiment le design mais qui composent à leur manière leurs intérieurs.


- Qu’est-ce qui t’a poussée à monter ton propre projet ?

Une envie de liberté ! Celle de créer un blog sans pression et  montrer ce que l’on est capable de faire. On crée sa propre vitrine. Pour moi c’était donner à voir les intérieurs de gens qui me plaisent et qui me fascinent. Ce sont mes amies qui d’ailleurs ont été les premières cibles.

 

- Est-ce que tu étais photographe de formation ou est-ce que tu pratiquais plutôt la photo à titre perso ?

Au départ je faisais travailler des photographes puis l’envie de prendre l’appareil photo me démangeait, je me suis lancée et je suis accro désormais. Je shoote toutes les familles de mon site depuis plus d’un an.

 

- Quelle est ta ‘pratique’ de la photographie.  Es-tu une accro de la technique, tu as plein de matos que tu emmènes partout avec toi ? Quel appareil t’accompagne dans tes shootings ?

Je ne suis pas celle qui trimballe sans arrêt son appareil photo, c’est souvent lourd et fragile. Du coup pour capturer des moments j’utilise un petit Leica et mon téléphone quand vraiment je n’ai rien.

Laure Vial de Chatenet et Bertrand - Copyright The Socialite Family

- Je crois que le reportage déco « vivant » dans lequel apparaissent les propriétaires des lieux est un concept assez anglo-saxon. Tu as l’air d’être plutôt pionnière en France non ? Comment t’es venue cette idée, qu’apporte la présence de ces sujets à tes yeux ?

Avoir les habitants des lieux fait toute différence car on a envie de faire le lien entre ce que l’on voit et ceux qui vivent dans ce décor. Toute petite ma mère se procurait les magazines de déco anglais et les décors sublimes qui étaient présentés attisaient ma curiosité. J’avais envie de voir les visages et la personnalité des hôtes.

 

- Raconte-nous ton premier shooting, tes tâtonnements… La naissance du concept dans la pratique. Est-ce qu’il a été clair pour toi dès le début ou est-ce qu’il s’est construit avec tes protagonistes ?

La 1ère prise de vue était chez des amis qui m’ont fait confiance et laisser faire. Bien sûr c’est au fil des shootings que j’ai peaufiné le style et l’angle du site. Mais c’était très clair pour moi.

 

- The Socialite Family a tout de suite rencontré un grand succès. Depuis nous t’avons vu intervenir dans l’émission Intérieurs et même présenter ta propre émission Les Tribus de Constance sur Maison +. Que souhaiter de plus ! As-tu d’autres projets en tête pour cette année ?

Je suis ravie de ce retour et de l’enthousiasme de la presse sur The Socialite family c’est très gratifiant, ça donne vraiment envie de continuer et d’avancer. Je vais continuer à montrer de nouveaux décors étonnants et bien sûr poursuivre des émissions de déco avec de nouveaux projets. L’expérience m’a beaucoup plu !

 

LA CHAMBRE DE BRUNE PAR CONSTANCE

 

La chambre de Brune par Constance

 

> Découvrir la sélection de Constance sur Les Enfants du Design !

 Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

 

postheadericon Interview d’Agata, co-fondatrice de la marque de mobilier enfant design Rafa Kids

Agata et Arek - Rafa Kids

Créatrice avec son mari Arek de la ligne de mobilier design pour enfant Rafa Kids, Agata a accepté de nous accorder un peu de son temps précieux pour nous raconter leur aventure.

En un an seulement, Rafa Kids a su proposer une collection de mobilier enfant design vraiment atypique, beau et pratique. Nous étions curieux de connaître leur histoire.

Découvrez comment deux architectes sont devenus designers…

- – -

- Bonjour Agata, nous sommes très heureux de vous rencontrer et d’en apprendre un peu plus sur l’aventure  Rafa-Kids !  Dites-nous d’abord comment est né Rafa Kids ?

Arek et moi nous sommes rencontrés et sommes tombés amoureux pendant nos études d’architecture. Arek est aussi photographe et j’ai fait une école d’art. Le design pour enfant est arrive dans notre vie en même temps que nos 2 fils Frank et Robert qui ont aujourd’hui 7 et 3 ans. Nos deux garçons partagent la même chambre et nous avions besoin de lits pour eux. Nous souhaitions à la fois économiser de l’espace et leur offrir un mobilier ludique. Il était très difficile de trouver quelque chose qui répondent à nos besoins, à nos goûts et qui corresponde surtout à notre budget. Nous avons donc décidé de le faire nous-mêmes. Lorsque nous avons imaginé et réalisé notre premier lit, ce fut un immense succès, beaucoup de parents et d’enfants nous ont demandé de leur faire le même. C’est ainsi que Rafa Kids est né.

Au printemps 2012, nous avons lancé notre marque de « famille » avec un ensemble de 2 lits F&R. Le nom « Rafa » sont les premières lettres des prénoms de chaque membre de la famille.

R & F Beds - Rafa Kids

- Racontez-nous les différentes étapes qui vous ont mené de votre premier dessin à votre première pièce de mobilier monté…

Le travail d’un architecte commence à la réception d’un cahier des charges du client, c’est le point de départ de tout projet. Ce fut la même chose pour nous. Nous savions que nous ne pourrions pas produire le même lit que celui de nos enfants. Ce dernier était fixé à l’angle d’un mur, nous avions besoin d’un produit fini dans le même esprit, qui puisse convenir à n’importe quelle chambre. Nous avons dessiné, fabriqué des modèles, nous avons beaucoup discuté. Arek a géré la partie technique, imaginant comment les deux lits pourraient s’emboîter. Il les a conçus de manière à ce qu’ils soient faciles à emballer mais aussi à monter. Ensuite nous avons recherché un fabricant et bien sûr un matériau de qualité. Un prototype a été fabriqué et après quelques corrections, ils étaient prêts !

Comme nous étions très attentifs aux détails, il a été très difficile de trouvé une usine qui soit sensible au haut niveau de qualité que nous recherchions. Lorsque nous l’avons trouvé, de nombreux aller-retour ont été nécessaires au contrôle de la production et à l’établissement d’une vraie collaboration.

Notre dernier né, le A Teen bed a rejoint notre collection cette année et sa création a été beaucoup plus rapide puisque le gros du travail est fait.

A Teen bed - Rafa Kids

- Est-ce que vous avez encore le temps d’exercer votre métier d’architecte ?

Arek travaille encore à temps partiel comme architecte, il conçoit des ponts et des gratte-ciels en Asie où il y a beaucoup de demande actuellement. J’ai personnellement arrêté l’architecture pour me consacrer entièrement à Rafa-Kids. Je n’ai plus assez de temps pour pratiquer mais ma façon de voir le monde restera toujours celle d’une architecte. Je me sens plus à l’aise dans un univers à petite échelle, j’aime le design d’intérieur et l’art de vivre. Rafa-Kids est une petite entreprise familiale, avec son propre site marchand et ses clients. Je suis très occupée par tout cela ! Nous réalisons également nos propres shooting photo. Je pense que tout cela est très nouveau à l’heure d’Internet, les designers ne produisent plus seulement un objet, ils sont aussi investis dans le marketing et dans l’approche du consommateur. C’est un gros challenge pour Rafa-Kids et nous prenons vraiment plaisir à faire ce métier.

R bed - Rafa Kids

- Quels sont vos projets à venir ? Un berceau, un lit bébé, un bureau… ?

Nous ne projetons ni berceau, ni lit bébé dans un proche avenir. Dans la famille, nous avons passé la période des tous petits ! Nous avons un lit junior, un lit mezzanine et un lit enfant classique. Finalement il y a 3 pièces de mobilier majeures dans une chambre d’enfant : un lit, un bureau et un meuble de rangement avec penderie. Nous aimerions beaucoup travailler sur ce dernier. Le meuble de rangement présente une problématique vraiment intéressante pour la chambre de l’enfant et d’adolescent. Rafa-Kids va peut-être aussi créer une petite série d’accessoires en même temps. Nos clients nous demandent aussi un nouveau lit car les 3 premiers rencontrent beaucoup d’enthousiasme. J’imagine que nous devrions continue à faire ce que nous savons bien faire (rires)

> Découvrez la collection de mobilier enfant Rafa Kids

 Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

 

postheadericon Rencontre avec Guillaume Bruneau de Fresh & Vintage

© jjb - www.jjbphotographerie.comPar le plus grand des hasards, nous avons un jour rencontré à Lyon Guillaume de Fresh & Vintage.

Aujourd’hui Fresh & Vintage est un joyeux partenaire des Enfants du Design. Nous nous retrouvons régulièrement pour des shooting vintage désormais très plébiscités !

Petite interview express de Guillaume Bruneau, co-fondateur avec Sandie, de Fresh & Vintage.

- – -

 

 

- Autant que tu t’en souviennes, à quand remonte ton intérêt pour le mobilier vintage ?

Depuis mon premier appartement à Grenoble, j’ai toujours eu des meubles de famille, mais aussi des meubles récupérés ou chinés. Avec ma femme, on a toujours aimé le design d’après-guerre et chiné régulièrement pour le plaisir, des objets, de la déco, des meubles.

 

- Pourquoi cette « spécialisation » dans le mobilier pour enfant ?

Il y a un peu plus de trois ans, à la naissance de notre fille, nous avons cherché à meubler sa chambre avec des pièces vintage sympas. On s’est rapidement rendu compte que le mobilier vintage pour enfants n’était pas si facile à trouver.

Nous avions l’habitude de chiner pour nous et petit à petit nous avons chiné pour nos enfants.

Assez rapidement, l’idée de créer une boutique en ligne de mobilier vintage pour les petits a germé…

 

- Ton icône c’est un peu la Mullca 300. Qu’est-ce qu’elle a de particulier cette chaise ?

C’est vraiment une icône du mobilier vintage pour les enfants ! Elle montre toute la créativité de designer français des années 50. Sa ligne allie à la fois élégance et utilité. Elle est vraiment belle cette chaise et aucune autre ne lui ressemble ! J’ai une grande admiration pour le travail de son créateur, Jacques Hitier.

 

Chaise Mullca 300 - Design: Jacques Hitier

- Est-ce que tu restaures toi même toutes les pièces que tu chines ou tu fais parfois appel à des professionnels ?

De plus en plus, je tends vers des pièces dans leur jus, qui se suffisent à elles-mêmes, quelque soit leur état. La majorité n’a besoin que d’un nettoyage mais il arrive occasionnellement que certaines passent chez l’ébéniste ou le laqueur. C’est le seul moyen de respecter les savoir-faire des années 50/60.

 

- Est-ce que tu te permets des extrapolations quand tu restaures une pièce ? Quelle est ta priorité: respect de la pièce originale ou la sublimer avec un nouveau coloris par exemple, une association de 2 pièces différentes…

La priorité est vraiment de trouver de belles pièces dans leur jus, séduisantes comme ça.

Nous ne voulons surtout pas repeindre tout à tout prix, nous ne somme pas fans du décapage et de la ‘patine’. Mais de temps à autres, une remise en peinture permet de leur donner une seconde vie. C’est le cas des Mullca 300 que nous achetons en grand nombre et qui se prêtent très bien au jeu des couleurs. La dernière que nous avons sélectionnée pour lesenfantsdudesign.com en est un bel exemple : Norvegian blue de chez Ressource, une merveille !

 

- Est-ce que tu serais chiche d’acheter du mobilier contemporain pour tes enfants ?

Carrément ! On est assez fans des nouveaux créateurs français qui reviennent à des lignes sobres et le travail du bois.

Berceau en rotin - Fresh & Vintage

- À quoi ressemble une journée type de Guillaume Bruneau ?

C’est beaucoup de web et beaucoup de chine !

 

- Qui sont tes clients: des amateurs, des personnes qui n’aiment pas chiner, des novices ?

Des amoureux des beaux intérieurs qui nous font confiance pour dénicher des pièces sympas et bien entretenues… Et nos clients sont surtout des clientes !

 

- Quels projets pour Fresh & Vintage cette année ?

La boutique en ligne connait un grand succès et nous ouvrons un atelier showroom à la mi-septembre dans le centre de Lyon, à deux pas de la presqu’île.

C’est pour nous un grand pas en avant et ma femme Sandie me rejoint dans l’aventure. Dans ce bel espace, nous allons créer de belles ambiances, sélectionner plus de produits pour les enfants et diversifier l’offre pour les parents.

© jjb - www.jjbphotographerie.com

- Parmi tes acquisitions quelle est ta favorite ? Celle que même en rêve, personne ne pourrait espérer acheter ?

Je suis très fan des lampes. J’en achète très souvent sans savoir où les mettre. Ma favorite c’est une merveille des années 50, en fil de fer, vinyle et abat-jour en carton perforé. Légère, fragile, élégante, elle diffuse dans la maison une myriade de points lumineux et je ne sais toujours pas qui l’a fabriqué et encore moins qui l’a créée.

 

- Tu l’as acheté où ? À quel prix ?

Je l’ai webchiné sans vraiment savoir ce que j’achetais. 100€ plus tard j’étais comme un gamin à Noël!

A vous les studios.

Lampe Fresh & Vintahe

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon Notre dernier shooting vintage par Marion

Fraichement arrivée chez Les Enfants du Design, Marion nous a préparé un shooting Vintage printanier qui remonte le moral ! On vous laisse découvrir les trois ambiances qu’elle vous a concoctées, laissez-vous inspirer et faites place à la couleur, le printemps arrive !

 

AMBIANCE n°1

 

Le point de départ : un mix & match de motifs graphiques, des coloris vitaminés pour annoncer le printemps !

Le jeu des couleurs : une dominante de jaunes & d’anis en camaïeu, avec du gris, intemporel & toujours chic, et du blanc pour tempérer.

Le jeu des matières : de la maille toute douce, du feutre et du poil pour un esprit cocooning, très chaleureux.

Mes objets fétiches : le panier de rangement en feutre Muuto, le coussin nuage Blabla Kids et la turbulette Diabolo April Showers.

 

AMBIANCE n°2

 

Le point de départ : l’alliance du rotin et du piètement métallique du berceau.

Le jeu des couleurs : du noir & blanc graphique pour un esprit décalé dans une chambre d’enfant, du caramel en touche pour réchauffer le tout.

Le jeu des matières : du relief et de la douceur.

Mes objets fétiches : le mobile Rose Minuscule qui apporte une note poétique à l’ensemble et fait le lien entre les différentes tonalités, le doudou chat de Donna Wilson.

 

AMBIANCE n°3

 

Le point de départ : le motif joyeux du tour de lit Petit Pan, la singularité de la flèche du berceau.

Le jeu des couleurs : du fuchsia pour une ambiance girly MAIS pepsy, qui met de bonne humeur ! Du gris, toujours, pour créer du contraste.

Le jeu des matières : du coton tout doux et du matelassage pour plus de moelleux.

Mes objets fétiches : le doudou Cupcake de Donna Wilson, et les fameux pompons en papier Engel.

 

Les maîtres-mots : la simplicité ; 3 ambiances vivantes et bien distinctes ; un véritable coup de cœur pour chacun des produits ; une jolie atmosphère qui ne soit ni étouffante, ni trop réfléchie, ni trop construite…

 

 

 

 

 

postheadericon Rencontre avec Laurence Bonnet, créatrice de Rose Minuscule

Rose Minuscule

Les Enfants du Design ont découvert Rose Minuscule alors qu’ils étaient partis en quête de cadeaux de Noël merveilleux pour apporter un peu d’aide à un Père Noël débordé… Telle une petite fée, Laurence Bonnet créatrice de Rose Minuscule nous a généreusement ouvert ses portes, celles de son atelier mais aussi celles de son petit monde intérieur.

Laurence Bonnet créatrice de Rose Minuscule1 – Merci Laurence de nous accorder un peu de ton temps si précieux… Racontes-nous comment est né Rose Minuscule ?

D’abord il y a la petite fille que j’étais, qui était toute seule bien souvent et qui pour occuper des mercredis trop grands cousait des poupées dans de vieux morceaux de tissu. Ensuite, j’ai fait des études d’Arts plastiques au lycée, puis à la fac. J’étais dans mon élément et j’avais la sensation d’avoir trouvé ma place. Je me voyais plus tard professeur des écoles, professeur d’arts plastiques ou auteure jeunesse. Mais j’ai interrompu assez vite mes études car mon premier bébé est arrivé. Mes envies ont été mises entre parenthèses mais sans regrets car ma fille était devenue ma priorité, mon univers.

Puis quelques années et deux autres bébés plus tard, déçue par des expériences professionnelles douloureuses, je me suis demandée ce que je savais faire, ce que j’aimais vraiment faire ! J’ai repensé au plaisir immense que je ressentais lorsque enfant je créais des personnages de tissu. J’ai donc eu ma première machine à coudre et l’aventure a commencé.

- – -

2 – D’où vient le nom « Rose Minuscule » ?

Je voulais un nom évocateur de fragilité, de poésie. Quelque chose de désuet et de doux qui rappelle l’enfance. Prénom, fleur, couleur ? J’aime bien les différentes lectures qui peuvent se faire à travers ce nom et j’aime l’image de la toute petite chose, graine ou bourgeon qui ne demande qu’à grandir et s’épanouir.

T'offrir la Lune - Rose Minuscule

3 – Tes créations dégagent beaucoup de poésie mais aussi beaucoup de mélancolie. Un petit parfum d’antan qui plaît beaucoup aux grands-parents notamment… Y a-t-il une explication à cela ? Est-ce que tes créations sont inspirées de souvenirs d’enfance ?

J’ai eu une enfance merveilleuse dont je suis très nostalgique. J’ai aimé cette époque et bien entendu la plupart de mes créations en sont inspirées. J’ai envie de retranscrire à travers mon travail la douceur, l’amour, la tendresse que j’ai reçu enfant. Comme je l’ai évoqué, j’ai aussi été souvent très seule étant petite mais cela n’a jamais été douloureux pour moi : je me plongeais dans les mondes imaginaires de mes livres d’enfants. Je dessinais beaucoup, j’inventais et écrivais  des petites histoires et créais toute sorte d’objets et de personnages en pâte à modeler, tissu, bouts de bois… Je me sers aujourd’hui de ces univers et de ces personnages dans mes créations.

- – -

4 – La question qu’on brûle de poser aussi devant tant de minutie et de détails soignés c’est : « Combien de temps ? » Alors dis-nous,  ça te prend combien de temps de faire un ours par exemple ?

Je passe beaucoup de temps à réaliser mes ours, mes mobiles… Je ne compte pas vraiment : une fois la création commencée, je perds un peu la notion du temps, je m’envole loin… Je dirai qu’un ours, tout habillé, me prends plus ou moins 5 heures de travail. La priorité dans mon travail de créatrice est d’arriver là où je voulais aller : obtenir le résultat que je souhaite. Si mon personnage a besoin de temps pour exprimer ce qu’il a à exprimer alors je lui consacre le temps nécessaire. Ma priorité est la qualité : cela m’apprend chaque jour la patience, la minutie…

Collection de Noël - Rose Minuscule

5 – Y a-t-il un détail, un accessoire « infernal » à faire ? Je veux dire le truc le plus difficile qui te demande une concentration optimale pour ne pas être raté ?

L’accessoire infernal pour moi est l’épuisette utilisée dans les mobiles « l’attrapeur ou l’attrapeuse de nuages ». Ce n’est pas un élément difficile à faire mais long, pénible et qui fait mal aux doigts ! Et puis je crois que j’en ai trop fait ! Pour la difficulté, je dirais le visage des ours. Je suis très concentrée quand je brode à main levée le museau et les yeux des ours : je veux trouver la juste expression entre la douce tristesse et le fragile bonheur. Ensuite, toute l’étape qui consiste à monter l’ensemble du visage me paraît difficile et long à faire. Disons que quand le visage est fait, je suis plutôt contente et soulagée ! Tout est entièrement fait par moi. Aucun élément n’est acheté tout fait et utilisé tel quel. Je pars de matériaux bruts pour créer chaque détail ( lampions, chapeaux haut de forme, fleurs crochetées, épuisettes…) Même les cerceaux des mobiles sont réalisés à partir de fil de fer assemblé et arrondi patiemment un à un à la main. Bien entendu, Rose Minuscule est une aventure familiale et dans les moments de surcharge, j’ai la chance de voir se regrouper ceux que j’aime autour de moi pour me donner un coup de main ( merci à S, M,M et V !)

- – -

6 – C’est un travail de fourmi ! Est-ce que tu produis tous les jours un petit peu ? A quoi ressemble une journée normale dans la vie de Laurence Bonnet ?

Mes journées commencent de très bonne heure car j’aime travailler quand toute la maison est encore endormie. Et puis je suis efficace le matin, alors j’en profite ! Je commence par répondre à mon courrier en prenant mon café. Puis ma journée de création commence. En général, je mets une chanson, toujours la même, en boucle ( ce qui peut vite rendre complètement dingue quiconque se risquerait à rester plus de 15 minutes dans mon atelier !). Moi, cela m’aspire, m’hypnotise et je travaille sans relâche jusqu’au soir. Dans l’après-midi, je suis obligée de grignoter un bout ou deux de chocolat pour tenir le coup. En fait, je suis très gourmande et cela m’encourage. Par exemple : une épuisette = un bonbon !! Ca passe tellement mieux ainsi !

Ours à l'écharpe - Rose Minuscule

7 – Où vas-tu chercher tous ces beaux tissus ? Est-ce que tu les chines ?

Il m’arrive de chiner certains tissus mais ils sont alors réservés aux pièces uniques. Pour les collections en petites séries, j’achète mes tissus au coup de cœur. Le marché Saint Pierre, Mondial Tissu, Anna K Bazar ainsi qu’une toute petite et très vieille boutique de tissu pour patchwork  à deux pas de chez moi sont mes lieux de prédilection.

- – -

8 – Des rêves, des projets pour bientôt ?

Si j’arrive à avoir un peu plus de temps libre cette année, j’aimerai m’inscrire à un atelier de poterie-céramique pour retrouver et explorer de nouveaux horizons. J’aime beaucoup le modelage et j’aimerai créer des petites saynètes pour Rose Minuscule. J’aimerai aussi mettre au point un prototype de poupée en tissu à habiller et câliner

- – -

9 – Parmi tes créations, est-ce que tu as un chouchou ?

Quand je crée, je suis détachée de mes créations. Même si elles me plaisent toutes, je n’en garde aucune et n’ai aucun mal à m’en séparer. Mais une d’elle m’a touchée particulièrement et j’ai eu très envie de la garder pour moi : c’est un de mes ours, un noir avec une grosse écharpe en laine écrue.

Merci Rose Minuscule pour ce voyage dans les étoiles !

> VOIR TOUTES LES CREATIONS DE ROSE MINUSCULE !

Les Enfants du DesignLes Enfants du Design

postheadericon Interview de Georges – Petit-petit-petit Magazine

Interview de Georges par Les Enfants du Design

Bonjour Georges, Les Enfants du Design te remercient vivement d’avoir accepté cette invitation à goûter, nous sommes très honorés de recevoir une aussi CURIEUSE personnalité.

1 – Pourquoi es-tu si petit ?

Pour ressembler à un cahier d’enfants qui ferait le bonheur des 7-12 ans. Avec ce format, c’est facile de me feuilleter, de me lire, de me tourner dans tous les sens, de jouer sur mes pages.

2 – D’où viens-tu ? Raconte-nous ta naissance.

J’ai été imaginé par des créateurs de revues un peu fous qui rêvait de faire un magazine différent pour les enfants. Ils ont cogité, se sont amusés… Et voilà, Georges – Petit, petit, petit magazine était né : un bookzine trimestriel, graphique et décalé qui propose une mine d’histoires, de jeux et de rubriques-à-brac. Le tout servi uniquement par de l’illustration et surtout sans aucune publicité.

Magazine Georges3 – A quoi ressemble votre quotidien (euh pardon votre trimestriel) de petit-petit-petit magazine ?

Il faut choisir des thèmes rigolos, inventer plein de jeux, inviter beaucoup d’illustrateurs aux styles très différents mais qui correspondent bien à l’esprit de Georges, interviewer des gens passionnants pour les faire parler de leur métier et le raconter aux enfants, inventer des jeux en turc ou en coréen, trouver de drôles d’idées de bricolage…

4 – Quelle est votre plus grande motivation de petit-petit-petit magazine ?

Je crois que c’est de faire un magazine vraiment différent de ce qui est proposé aux enfants en kiosque notamment et de voir des enfants me découvrir et dire : « Waouh, trop classe ! » et de savoir qu’ils attendent avec une grande impatience le prochain numéro.

5 – Sans vouloir  t’offenser, ton style est un peu rétro quand même, tu vois ce que je veux dire…  Tu parles aussi un peu comme à l’ancien temps. Disons que tu n’es pas très classique comme magazine. ..

Oui, c’est vrai, j’aime beaucoup le graphisme, les affiches, le travail typographique des années 50, 60, 70… J’aime beaucoup jouer avec ces codes. Mais on me dit souvent que ce qui me caractérise c’est justement le mélange entre ce petit côté rétro et un graphisme et des illustrations très modernes, très épurées…

6 – En fait, vous êtes un peu comme les Enfants du Design, vous parlez aux petits et aux grands enfants c’est ça ?

Oui, c’est vrai qu’il n’y a pas que les petits qui s’amusent et j’en suis très fier. Les grands aussi sourient lorsqu’il y a plusieurs niveaux de lecture et ils se prennent souvent au jeu et retombent un peu en enfance. Je compte d’ailleurs parmi mes abonnés de grands enfants.

Magazine Georges7 – Vous avez une drôle de façon de compter quand même : Moustache, Valise, Cupcake… Ca doit pas être pratique pour jouer au Loto ! Comment choisissez-vous vos numéros ?

L’idée du magazine Georges a commencé par là : ne pas lui donner des numéros classiques mais des numéros thématiques. Numéro moustache, trompette, lunettes, vélo… A chaque édition sa thématique et ce « numéro picto » est vraiment notre marque de fabrique. Pour choisir un thème, il faut d’abord qu’il se prête bien à être représenté par un picto stylisé. Et puis aussi, il faut que nous viennent d’emblée des idées de jeux qui fonctionneraient bien avec ce thème.

8 – Et vous quelle est votre rubrique préférée (C’est GEORGES qui pose la question et c’est Les Enfants du Design qui répondent).

Notre rubrique préférée sans hésiter c’est celle des métiers. On se jette dessus dès qu’on reçoit notre Georges. Parce que quand on était plus jeunes, ça nous aurait bien aidé à choisir notre métier. Un jour d’ailleurs si ça t’intéresse, je te parlerai du mien. J’ai mis du temps pour le trouver celui-là.

Magazine Georges

Pour retrouver Georges à toute heure, rendez-vous sur son site: c’est ici.

Pour le feuilleter au quotidien, retrouvez-le à la librairie du coin !

Les Enfants du Design

postheadericon Dans le dernier Bubblemag, Les Enfants du Design vous invitent à visiter Lyon en famille

Magazine Bubblemag n°24 - Eté 2012

On vous met la couverture en grand parce que vraiment elle est trop jolie. Cette merveille est l’œuvre de l’illustratrice – lyonnaise en plus, elle gagne des points.. – Camille Constant, à suivre absolument !

Dans ce dernier numéro, Les Enfants du Design vous proposent une visite improvisée de Lyon avec vos enfants. Une série d’articles qui vous feront rencontrer des lyonnais passionnés par leur métier: Sandie et Guillaume de Fresh & Vintage ou encore Ernest de L’Air à Conteur

A lire en cliquant sur l’image:

Les Enfants du Design sur Bubblemag

L’occasion pour Les Enfants du Design de rappeler notre vrai coup de cœur pour le magazine Bubblemag alors que nous cherchions encore notre identité visuelle. On a littéralement craqué sur les illustrations de la directrice artistique du magazine Marion Senlis qui nous a fait l’honneur de laisser sa patte sur les pages du site…

Les Enfants du Design